Le Deal du moment :
Borderlands 3 pour PS4
Voir le deal
8.32 €

On ne se méfie jamais assez d'une Moire (Terminé)

 :: Les vieux livres poussiéreux :: La population de Tjukurpa :: Les fiches validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Moira AUSTEN
Moira AUSTEN
Moira AUSTEN
Élève - Brolga
Dim 17 Mar - 21:49
Messages : 14
Points : 125
feat : Axiehu - Sina

Carnet du sorcier
Ascendance: Sang-Pur
Patronus: Colibri
Baguette Magique: Bois de noisetier et crin de licrone, 27cm, souple
Élève - Brolga
Moira Austen
ft. Axiehu - Sina

carte d'identité
Nom de famille Austen
Prénom(s) Moira
Surnom(s) Moh
Ascendance Pur
Age Bientôt 17 ans
Date et lieu de naissance Dublin, le 20 juillet
Sexualité Hétérosexuelle
Année Sixième année
Caractère
Les trois premiers mots qui viennent quand on cherche à décrire Moira sont : sérieuse, calme, concentrée. Incapable de savoir qui de sa passion ou de sa patience a engendré l'autre, elle est capable de passer un temps extrêmement long sur la même tâche dans un silence quasi absolu et de donner l'impression que le monde n'existe plus pour elle pendant tout ce temps. C'est sans doute également à cause de cela que parallèlement, elle est capable de beaucoup dormir -trop au goût de certains-, mais à chaque avantage ses contreparties. Appliquée dans tout ce qu'elle fait, c'est le genre de personne détestable qui a l'air de tout savoir faire alors qu'en vérité, elle déploie une énergie et une concentration folles à réaliser tout ce qu'elle fait, et parfois, errare humanum est, ça rate ! Mais quand ça rate, c'est toujours non sans un certain panache, ce qui la fait remarquer de façon ponctuelle et toujours pour des choses qu'elle aurait aimé pouvoir cacher sous le tapis le plus discrètement possible. Ces petits incidents notamment en cours et dans d'autres lieux publics lui ont valu une réputation de gaffeuse, car elle en fait au moins une belle par an, qui se remarque bien et qui marque les esprits. Et ce n'est pas son côté renfermé et sa nature secrète qui la feront se mettre en avant, ni elle ni un quelconque talent pour contrebalancer cette image, au contraire sa propension naturelle à essayer de ne pas se faire remarquer à la suite des évènements la fait s'enfoncer considérablement à chaque nouveau mot, chaque nuveau geste.

Pudique, donc, elle semble toujours enfermée dans sa bulle qu'elle préfère de loin au fait d'affronter l'image qu'elle pense voir dans le regard des autres mais qui reflète en réalité ce qu'elle pense d'elle-même. Sans doute cela vient-il de sa mère et de son éducationssévère mais elle ne saurait trouver une seule chose qu'elle fait suffisamment bien. Pas spécialement pour être montrée ou pour être louée. Juste pas suffisamment bien, quoiqu'il arrive. Avec le temps, elle essaie de travailler dessus mais rien de plus dur que d'adoucir son propre regard sur soi-même et de revoir ses exigences à la baisse, surtout quand on est si jeune et qu'on a toujours peur de rater. C'est sa plus grande angoisse. Rater. Quoi, elle ne sait pas trop, on essaiera de se pencher sur la question un jour, mais elle a peur de l'échec et cette jeune femme d'extérieur si calme et si posée se ronge en fait de l'intérieur à chaque nouvelle preuve qu'on puisse lui demander, chaque nouvelle tâche pour laquelle il peut y avoir un regard, un jugement, une évaluation, autant dire qu'en tant qu'élève sa vie n'est pas toujours de tout repos, surtout en période d'examens.

Ce manque cruel de confiance en elle est contrebalancé par cette insouciance apparente, un caractère rêveur qui lui laisse une porte de sortie à ses angoisses. Très créative, elle cache soigneusement et précipitamment la plupart du temps toutes ses idées, tous ses projets et seul un petit groupe d'élus peuvent se targuer de pouvoir jeter un œil sur ses croquis et discuter avec elle de ce qu'elle compte faire. La raison ? Tout simplement qu'elle a un peu honte d'elle-même, elle a toujours peur de décevoir. Décevoir qui et pourquoi ? Oh mais vous en posez bien des questions ! Ce serait trop simple de prendre le temps de se pencher dessus et de régler le problème, tout ce qu'elle sait c'est qu'elle a du mal à assumer ses goûts et le moindre changement dans son apparence lui donne l'impression d'être ridicule pendant toute la journée jusqu'à ce qu'elle oublie complètement qu'elle a essayé une nouvelle coiffure. Il y a cependant une chose qui peut la faire sortir de ses angoisses continuelles et de sa peur du jugement sur ses passe-temps : le plaisir de rendre service. Aussi étrange que cette phrase puisse paraître, Moira est un véritable Saint-Bernard. Demandez-lui un service, elle serait capable de se mettre en douze pour vous aider si bien sûr c'est dans ses cordes. La timidité excessive laisse le pas à une sorte de professionnalisme qui doit être inscrite dans son code génétique, car elle est capable d'un coup de ressembler à son père avec ses manières un tantinet désuettes de personne attachée à un ancien monde qui n'a peut-être jamais existé comme elle se l'est imaginé. Enfin, elle est dotée d'un sens de l'humour parfois surprenant, capable de vous sortir la phrase la plus horrible sur un ton très froid comme si cette bêtise qu'elle vient de sortir était la chose la plus naturelle du monde, jusqu'à ce qu'un petit sourire en coin vous rappelle que sérieux n'est peut-être pas le mot qui lui conviendrait le mieux tout le temps. De la même manière, sa pudeur et sa timidité font certaines exceptions époustoufflantes pour peu qu'elle vous connaisse un peu et qu'elle vous fasse confiance... et que vous soyez une amie ! Car en ce qui concerne les amours, il ne faut pas compter sur son courage. Son caractère rêveur et sa timidité conjugués n'ont pas contribué à une quelconque avancée en la matière. Trop peu sûre d'elle-même, tout garçon qui pouvait l'intéresser n'était ni évité ni approché : la neutralité la plus absolue, l'impossibilité totale pour le principal intéressé de se dire qu'il pourrait y avoir une ouverture. Et les tentatives de la part des autres, me demanderez-vous ? Il y en eut bien une, qui fut l'une de ses gaffes notoires et dont elle n'est vraiment pas fière. L'un des garçons de la classe au-dessus étaient venu la voir en tentant une approche assez directe, et finalement, persuadée qu'elle ne pouvait être l'objet de tant d'attentation et qu'il devait s'agir d'un attrait pour l'une de ses amies les plus proches, elle avait arrangé un « rendez-vous » entre les deux sans pour autant faire comprendre à l'adolescent que ce n'était pas elle qui y serait. Quand il la recroisa dans un couloir et qu'il essaya de lui faire comprendre, elle était tellement sûre de son idée première qu'il dut lui dire haut et fort, excédé au plus haut point,evant quelques témoin : « Mais c'est toi qui m'intéresse ! J'en ai rien à faire de ta copine, elle est bête comme un troll ! ». Phrase indélicate à laquelle Moira répondit un : « Ah, j'avais pas compris... Mais tu aurais dû me le dire plus tôt ! » Cette anecdote fit le tour de sa classe et sa réputation d'oie blanche n'est plus à faire depuis.

Si l'on devait résumer Moira en quelques phrases, c'est une jeune femme qui laisse une impression finalement assez drôle et un peu étrange d'une bonne élève effacée et discrète, avec un caractère docile et capable de faire exploser un chaudron d'eau avant même d'y mettre un ingrédient, qui part dans de grands éclats de rire avec ses amis et fait des traits d'esprit aux moments les plus inattendus et qui surtout passe son temps à fabriquer tout un tas de choses en étant persuadée que très peu de monde la voit faire et surtout que presque personne n'est au courant. Oui, elle est aussi un peu naïve parfois.
Monde magique
petites questions sur vos caractéristiques

Baguette Magique
Bois Noisetier
coeur Crin de licorne
longueur Vingt-sept centimètres
caractéristiques Souple, efficace pour les sortilèges
animal de compagnie
Nom de l'animal Kui
Race La seule chose dont on soit sûr c'est que c'est un chat
Description physique C'est un chat de gouttière tigré somme toute assez banal si ce n'est qu'il donne l'impression d'être haut sur pattes et de toujours marcher en rentrant le ventre vers le haut. Rayures noires, corps ni gris ni marron et museau presque doré, seuls ses yeux verts le différencient un peu des autres.
Description moral C'est une vraie peluche. Quand il n'est pas dehors en train de vaquer à ses occupations de chat, il dort sur le lit de Moira ou sur son bureau, le plus souvent quand elle est dans la pièce. S'il peut être avec elle, il en fera le choix à moins qu'il ne se passe quelque chose de particulièrement intéressant ailleurs. Il ne sort presque jamais les griffes, mordille surtout pour jouer ou affectueusement et repousse la main de sa sorcière avec une douceur et un manque de conviction même quand il est agacé qui font parfois pitié. Il est très affectueux et jaloux, c'est sa sorcière à lui et à personne d'autre. La jeune femme l'a trouvé un jour qu'elle rentrait de faire les courses jusqu'à chez elle. Il était tout jeune à l'époque et fouillait dans une poubelle pour trouver de quoi manger. Si rien n'aurait pu le différencier d'un autre chat jusque là, il prit d'un coup une position assise très digne, la queue enroulée devant ses pattes et la fixa dans les yeux d'un regard langoureux de chat, les oreilles tournées vers elle avec curiosité. Ce fut un coup de foudre immédiat pour elle, elle sentit un lien comme si ce chat l'avait choisie elle pour ce qu'elle était et non parce que son ventre criait famine.
projet scolaire
C'est bien là tout son dilemme : elle adorerait continuer à travailler avec son père, on l'y encouragerait même mais d'un autre côté on lui fait comprendre qu'elle gâcherait ses capacités en ne continuant pas ses études, et elle ne parvient pas à se décider réellement entre la peur de ne pas réussir à réaliser ce qu'elle veut d'un côté et celle de décevoir de l'autre.
En ce qui concerne les notes aux R.E.V.E, Moira n'a pas eu une seule note en-dessous de A, et une majorité de E. Elle a eu quatre O en tout : en potions, défense contre les forces du mal, soins aux créatures magiques et astronomie. Les deux options qu'elle a choisies sont les soins aux créatures magiques et l'étude des runes.
questions en plus
Miroir du Riséd Moira travaillant dans son propre atelier avec des grandes fenêtres
Amortentia Violette, embruns, vanille
Patronus Colibri
répartition
A l'issue de ce questionnaire, le staff vous attribuera lui-même une maison ! Répondez bien !
Dans quelle Maison voudrais-tu être ? Pourquoi ? Brolga, car mis à part le charisme, elle se sent proche des aspirations créatives de cette maison
Quel type de baguette magique voudrais-tu avoir ? Parfaite pour les potions
Oh non ! Vous venez de tomber sur un Epouvantard ! Quelle forme prend-il ? Une très grosse araignée
Riddikulus ! A quoi ressemble-t-il maintenant ? En cornemuse
Préféreriez vous être un Animagus ou un Métamorphomage et pourquoi ? Être un animagus représenterait pour Moira le fait de n'être qu'une seule et même personne, de savoir vraiment qui elle est et c'est finalement ce qu'elle recherche en ce moment : à être elle-même, un seul être avec une seule identité aux contours définis.
Si vous appreniez à devenir un Animagus, quel animal choisiriez vous et pourquoi ? Une libellule, pour pouvoir voler partout de façon discrète mais pas trop non plus
Ta plus grande qualité c'est quoi ? Douceur
biographie
racontez nous votre histoire
Boring is perfect
On dit que les contraires s'attirent et si cette phrase ne vaut qu'une fois sur deux puisque l'on dit aussi que qui se ressemble s'assemble, dans le cas des parents de Moira, c'est sans doute vrai. Son père, tailleur très prisé, sorcier modeste mais efficace dans ses réalisations était issu de l'union d'une cracmol et d'un sorcier lui-même tailleur. Sa mère, au contraire, sorcière brillante et pleine d'astuce, venait d'une famille aisée et très conservatrice, pleine de principes et portée sur toutes sortes de solutions radicales, y compris la violence, pour servir leurs aspirations. Quand Aiden Austen et Julia Collins se sont rencontrés, il y avait peu de probabilité selon leurs amis communs pour que quoi que ce soit ne fonctionne entre eux, à la vérité on avait même tout fait pour être sûr qu'ils ne se rencontrent pas avant de peur qu'il n'y ait des étincelles. Pourtant, au mariage du meilleur ami d'Aiden, en tant que témoin et parce qu'il voyait de côté cette grande femme, très belle et froide comme un détraqueur, il s'était dit qu'il allait l'inviter à danser par politesse. La vérité c'est qu'il lui fallait une cavalière et un bon prétexte pour échapper à l'une des demoiselles d'honneur que les mariés avaient pour projet de lui coller dans les pattes et si possible dans son lit, sauf qu'ils avaient oublié de consulter le témoin avant d'informer la demoiselle que la voie était libre. Cette grande brune à l'air maussade assise sur sa chaise avec ses jambes interminables et ses bras fins croisés était le meilleur répulsif qui soit. Le temps d'hésistation et l'obstination avec laquelle elle continuait à fixer le sol lui avaient fait entrevoir un instant la perspective glaçante de finir par devoir affronter l'inévitable quand une paire d'yeux d'un bleu presque transparent finit par se lever sur son visage et au lieu du regard noir auquel il s'attendait, il surprit un air effaré, à la limite de la panique. La reine des glaces était en fait d'une timidité mortellement paralysante et le léger tremblement du bras sur ses épaules, le front proche de sa tempe pour ne pas voir les regards extérieurs et le cœur qui cognait contre la paume de sa main dans le dos en partie dénudé avait achevé de faire tomber Aiden sous son charme, alors qu'elle n'avait décidément rien demandé.
Après des mois à se revoir, parlant de tout et de rien, évitant soigneusement un seul et unique sujet car s'il y avait bien une chose qu'Aiden n'aurait jamais pu avouer -et c'était quand même bien dommage dans le contexte- c'était ses propres sentiments, Julia finit par lui sauter dessus presque littéralement. Quand il avait fini par lui poser la question après plus de deux ans de relation amoureuse (il fallait le temps de se remettre de sa surprise) elle lui avait répondu qu'il fallait bien que quelqu'un se décide et qu'elle avait compris qu'il fallait qu'elle lui montre qu'elle n'était ni une petite chose fragile ni une petite borgeoise coincée sinon coincée elle l'était décidément pour longtemps. Non, personne n'avait vraiment compris comment ces deux mondes avaient pu se réunir, d'un côté le jeune homme modeste plein d'audace et proche du monde moldu, de l'autre la jeune femme élevée dans la haine du monde non-magique et le mépris de ceux qui servent d'une manière ou d'une autre ; mais quand ils s'étaient mariés, en commité très restreint à cause des désaccords divers et variés, aussi bien l'un que l'autre savait exactement pourquoi ils le faisaient. Ce fut de cette union étonnante que naquirent Kaleb et Moira, en Irlande. Leurs grands-parents maternels refusant catégoriquement de voir leur fille et d'autant plus les enfants du « bâtard » (d'où leur est venue l'idée de ce surnom, personne ne sait mais il fallait bien trouver quelque chose  à lui reprocher, visiblement), la famille se résuma bien vite aux parents, aux enfants et à leur grand-mère Valeria, veuve depuis de longues années et toujours pleine d'entrain. Quel que fût l'endroit où ils vivaient, elle était toujours avec eux, avant tout pour assurer leur propre protection et ne pas la laisser à la merci du premier imbécile venu qui aurait décidé qu'elle n'était pas digne de vivre. Les temps durs étaient certes passés mais les mauvaises idées restent et la méfiance ambiante voulut qu'on n'évitât de provoquer une quelconque occasion de les faire mettre en pratique.

D'aussi loin que Moira se souvienne, les relations entre sa mère et sa grand-mère ne furent pas toujours faciles. Au début, elle pensait qu'elles se disputaient d'une façon très discrète et sans hausser le ton, puis avec le temps, elle comprit la réelle tendresse qui s'était installée entre les deux femmes. Julia qui avait été élevée au sein d'une famille nombreuse aux principes ancestraux et plus que désuets n'avait jamais vraiment eu de relation de proximité avec sa mère et encore moins avec son père. Elle était une énième représentante de sa race et de son sang, elle devait bien présenter, bien s'habiller, ne pas trop parler si possible et au fait, merci de te trouver un mari convenable qui pourra t'entretenir. Aussi, à vingt-deux ans quand elle avait rencontré Aiden, elle se sentait aussi gauche et inutile que sie elle était née avec des pieds à la place des mains. Sorcière brillante certes, intelligente, mais pour quoi faire ? Elle n'était pas plus douée qu'une personne vraiment douée, elle ne pouvait pas vraiment se faire valoir plus qu'un autre dans un emploi et ses parents répugnaient à l'aider à se placer comme pour tous ses frères et sœurs qui avaient depuis appris à sentir dans leur veine couler le venin de l'ambition et de l'arrivisme : tout était permis pourvu qu'au bout du compte on soit gagnant. Julia, constamment découragée par les remarques acerbes et dénigrantes de sa mère, ne voyait pas les choses de cette façon. Comment aurait-elle pu prétendre à une place plutôt qu'une autre personne quand ses propres parents ne la croyaient capable de rien ? Il fallut toute la bonne volonté d'un ami devenu son époux et de la mère de ce dernier pour lui faire comprendre qu'elle ne pouvait pas continuer à se rabaisser et se penser plus idiote qu'elle ne l'était. Et comme l'ironie du sort veut qu'au plus on s'efforce de ne pas reproduire un schéma au plus on ne fait que l'entretenir, quand vint le moment d'élever et d'éduquer ses enfants, ils connurent pendant longtemps une certaine froideur et une rigueur parfois extrême dans leur quotidien, ce qui en soi n'était pas forcément un mal étant donné qu'ils ne l'ont jamais mal vécu, mais n'a évidemment pas fait que du bien. Là où Kaleb s'émancipa assez vite de cette éducation rigide tout en s'imprégnant de l'essentiel -la politesse, les bonnes manières et les grandes lignes des principes du savoir vivre-, Moira reproduisit presque trait pour trait ce que sa mère était à son âge, et ce malgré les recommandations réitérées de Valeria, parfois rude mais toujours bienveillante.

« Sers-toi de ta magie et arrête de te servir de tes mains ! » fut la phrase que Moira entendit le plus souvent une fois qu'elle fut en âge de pouvoir utiliser ses capacités magiques sans grands risques. Le souci quand on a une grand-mère cracmol et que les parents travaillent presque tous les jours jusqu'à tard dans la boutique, c'est qu'on apprend à tout faire comme un moldu ! Et c'est loin d'être un désavantage quand l'on considère le fait que la cohabitation doit se faire à un moment et qu'il faut bien savoir se camoufler si l'on ne veut pas se faire repérer. Ainsi, la petite fille et la jeune adolescente qu'elle fut savait faire tout un tas de choses -cuisner, coudre, broder, tricoter, réparer les tiroirs des meubles et même les joints du lavabo- mais uniquement avec ses mains. Et elle avait beau savoir et s'appliquer à apprendre les sorts d'animation d'objets, elle ne parvenait jamais à se satisfaire de ce contact éloigné qui lui donnait l'impression d'une réalisation froide dans laquelle elle ne s'impliquait pas et surtout qui lui donnait l'impression de ne pas maîtriser ce qu'elle faisait. Comment savoir si la texture d'une pâte à gâteau était la bonne sans éprouver soi-même son contact avec la cuillère ? Comment être sûre de piquer au bon endroit, précisément, au fil près sans sentir la trame entre ses doigts ? Car s'il y a bien une chose pour laquelle elle excelle, c'est la broderie. Quand elle était toute petite, sa grand-mère lui donnait à faire des cannevas, du point de croix, tout ce qu'il pouvait y avoir de simple et qui se prêterait à des motifs plutôt enfantins. Si beaucoup dans l'entourage proche ou éloigné faisaient la remarque que c'était une bonne activité pour une petite fille délicate et appliquée comme elle, ce n'était absolument pas une question de sexe pour tous les membres de la famille ; devait-on rappeler qu'Aiden était tailleur et qu'il lui arrivait aussi de faire des jarretières pour les robes de mariée ? La raison principale de cet apprentissage venait essentiellement du fait que Moira avait toujours été fascinée par ce que faisait son père, les tissus et les objets de mercerie. Elle pouvait passer des après-midi entiers à trier et ranger des boutons dépareillés que son père n'utilisait pas ou que sa mère avai récupéré sur des vêtements usagés qu'elle comptait mettre au chiffon. Ce fut à peu près à la même époque que sa mère, qui avait appris toutes les bases avec son époux pour l'aider au mieux dans sa boutique, lui apprit comment découper et coudre les vêtements pour sa poupée. Quelle ironie de savoir que des années plus tard, la même personne lui reprocherait de n'utiliser ses mains alors même qu'à cette époque, la petite fille n'aurait pu faire autrement. Et comme le répétait assez souvent son aïeule, avant de faire quelque chose d'aussi complexe qu'utiliser la magie fallait-il encore connaître le geste avec son corps et le comprendre.

Ce fut dans cette ambiance presque hybride que Kaleb et Moira grandirent. Ils sortaient et jouaient avec les enfants moldus du quartier comme ils pouvaient aussi le faire avec leurs amis sorciers quand ils furent en âge d'aller à l'école dédiée, ils connaissaient aussi bien les trucs de leur génération dans un monde que dans l'autre, avant tout grâce à leur grand-mère qui, bien obligée de vivre dans l'un sans pouvoir ignorer l'existence de l'autre, avait fini par apprendre à parfaitement se fondre dans la masse, ce que toute la famille s'appliquait à faire. Julia avait organisé plusieurs goûters d'anniversaire avec des enfants de toutes origines pour ses enfants, dans sa porpre maison et y compris fait des sorties avec les autres mamans quand l'occasion se présentait. Elle qui avait si longtemps vécu éloignée de l'idée même de fréquenter des moldus se fit assez vite au fait de les côtoyer car après tout peu de choses les différenciait en dehors de la magie. Aussi quand les temps changèrent à nouveau pour redevenir plus difficiles, plus incertains et que la famille fut parmis les premiers à partir pour Mapple Town, il ne leur fut pas difficile de s'adapter à la population croissante et disparate de l'agglomération en expansion. Certes, le déménagement fut difficile, presque un vrai déchirement pour les enfants qui perdaient tous leurs amis sans la certitude de pouvoir s'en faire tellement dans ce nouvel endroit. Ils n'avaient d'autre choix que de s'y faire, et puis ils étaient tous ensemble. Les premiers temps furent un peu difficiles, puis le commerce reprit son cours, avec de nouvelles manières de travailler et au fil du temps leur confort de vie augmenta même par rapport à ce qu'ils vivaient à Dublin.

Moins souvent dehors à jouer avec d'autres enfants, Moira eut tout le temps de se consacrer aux apprentissages encore tout nouveaux et tout frais dans son esprit. Elle devint bientôt une élève de Tjukurpa, comme le fut son frère également, mettant toute son application à l'oeuvre pour ses cours et faire en sorte d'être, comme lui rappelait souvent sa mère dans ses excès de rigueur, irréprochable. Pendant les vacances elle continuait à faire ses propres petites créations, les cachant toujours de son père devant qui elle avait honte de montrer ses efforts qu'elle trouvait piteux par rapport à ce qu'il pouvait faire. Et puis un jour, à force d'astuce et de tentatives, il finit par la prendre en flagrant délit en train de faire une robe de sorcier dans un morceau de soie qu'il avait laissé de côté car la teinture, comme presque à chaque fois en fin de rouleau, avait fait des taches. Qu'à cela ne tienne ! L'adolescente avait trouvé le moyen de combler ces taches par une infinité de broderies florales très fines dans des teintes qui réhaussaient très bien l'aspect initial du tissu. Il se passa quelques secondes qui lui parurent une éternité pendant laquelle elle le dévisagea, lui, son père, un peu froid, aux démonstrations affectives presque inexistantes, et vit un léger rictus apparaître au coin de ses lèvres. « Je savais bien que tu étais en train de faire quelque chose. Je peux voir ? » Complètement paniquée intérieurement, comment aurait-elle pu refuser ? Il tourna et retourna le vêtement dans tous les sens, le posa sur le bureau de sa fille puis revint vec un fond de rouleau d'un galon de dentelle fine. « Tiens, il ne m'en reste pas assez pour ce que je suis en train de faire, j'en ai commandé un nouveau rouleau. Ça finira les bordures et ça allègera le tout. Ah et au fait, il faudra que tu me fasses quelques bricoles pour les prochaines commandes que j'ai, même en y passant le reste de ma vie je ne ferai pas aussi bien que toi. »

Ce moment de reconnaissance qui aurait pu ne déclencher que de bonnes choses fut en réalité le premier engrenage d'une mécanique pernicieuse qui à ce jour empoissone l'existence de la jeune femme : que faire de son avenir ? Son père semblait ne pas se poser la question depuis ce jour : elle pourrait travailler avec lui sans aucun souci, personne ne pourrait remettre en question ce don entretenu par des heures d'exercice et de persévérence. Mais sa mère mettait également en avant ses bons résultats -excellents dans certaines matières- pour lui proposer de faire autre chose qu'artisan, non que l'idée la répugnât, elle voulait simplement être sûre que c'était bien ce que sa fille voulait. Et le doute, poison parfois salvateur mais souvent paralysant, s'installa. Si la précarité avait un moment été un argument contre, la vente de la dite robe entièrement brodée à un prix défiant la valeur de tout ce qui avait pu être vendu dans la boutique avant acheva de lui faire entrevoir qu'il n'y avait pas de mauvais choix, mais uniquement le sien plein et entier. Et comment être sûre de bien choisir quand on a tout juste dix-sept ans ?
pseudo Pistache
age 26 ans
comment avez vous découvert le forum ? Une personne suspecte m'a envoyé un lien et comme je suis un peu maso je me suis empressée de m'inscrire dessus
code du règlement ✓ validé
un petit mot ? Mreow
Revenir en haut Aller en bas
Hildegard ÅSTRÖM
Hildegard ÅSTRÖM
Hildegard ÅSTRÖM
Élève - Goanna
Dim 17 Mar - 21:53
Messages : 921
Points : 1799
feat : Erina Nakiri (Food Wars!)
Age : 18
Métier / Options / Orientation : Options : Soin aux créatures magiques et divination.

Carnet du sorcier
Ascendance: Sang-Pur
Patronus: Renne.
Baguette Magique: Bois de cèdre, cœur en écaille de salamandre, 27 centimètres, souple.
Élève - Goanna
Bonsoir et bienvenue, Moira \o/ !
Et juste, oh mon Dieu ces pavés ! J'ai l'ultime flemme de tout lire maintenant mais je le ferais un jour ; breeeeeef !
Je suppose que ta fiche est terminée, mais au cas où, bon courage \o !

_________________
On ne se méfie jamais assez d'une Moire (Terminé) 1551795959-erina-13
FLAMES FROM SWEDEN ❄️ !

(thanks Leith pour l'avatar On ne se méfie jamais assez d'une Moire (Terminé) 1005256126)
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Invité
Dim 17 Mar - 22:11
Bienvenue !!!
Ton avatar est magnifique.
Revenir en haut Aller en bas
Nova BURNUM
Nova BURNUM
Nova BURNUM
Personnel
Dim 17 Mar - 22:30
Messages : 307
Points : 96
feat : Kikloh - DocWendigo
Age : 39
Métier / Options / Orientation : Directrice de Tjukurpa

Carnet du sorcier
Ascendance: Sang-Pur
Patronus: Mygale
Baguette Magique: Bois d'Acacia, Cheveux de Vélane, 28cm, Rigide
https://tjukurpa.forumactif.com
Personnel
Félicitations !☆
☆ Tu es validé !
Bienvenue mistinguette !
Moira est si mignonne, j'espère qu'elle trouvera ici ce qu'elle cherche ;)

Tu rejoins à ton tour les Brolga !
Amuse toi bien avec nous ♥️

☆ La suite...
Rien de bien compliqué en soi. Les étapes habituelles un peu administrative avant de s'adonner uniquement au RP ♥️

☆ Sur Tjukurpa, il n'y a pas dix endroits où tu dois aller recenser les avatars, les métiers, etc. Il n'y en a qu'un seul : le recensement global.
☆ Une fois que tu as recensé tout ce qu'il faut, tu peux préparer ton topic de vie scolaire ainsi que choisir tes avions en papier ou ton téléphone portable.
La partie administrative est terminée ! Tu peux maintenant demander un rp ! N'hésite pas à passer dans les sujets de vie scolaire des autres pour demander des liens ou voir ce qu'ils proposent ;)
☆ Pour finir, je t'invite à rejoindre le discord du forum ! Il remplace la chatbox à 100% et te permettra de dialoguer avec le staff mais également avec les autres membres.

Je crois qu'on a fait le tour alors... encore bienvenue parmi nous ! ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers: