-24%
Le deal à ne pas rater :
Grosse réduction sur la TV LG OLED77CX 77″ OLED 4K UHD (modèle ...
3799 € 4999 €
Voir le deal

☸ Hercules Alejandro Vidal-Perez

 :: Les vieux livres poussiéreux :: La population de Tjukurpa :: Les fiches validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Hercules A. VIDAL-PEREZ
Hercules A. VIDAL-PEREZ
Hercules A. VIDAL-PEREZ
Monde - Sorcier
Mar 4 Juin - 23:28
Messages : 26
Points : 230
feat : aizawa shouta - my hero academia
Métier / Options / Orientation : Navigateur, explorateur, branleur maritime.
Monde - Sorcier
hercules alejandro vidal-perez
ft. Aizawa Shouta - My Hero Academia

carte d'identité
Nom de famille Vidal, celui de ton père, Perez, celui de ta mère. Rien d'extraordinaire dans votre pays en soi.
Prénom(s) Hercules en premier, Alejandro en second. Les prénoms de tes grands-pères. Ici encore, rien de très original.
Surnom(s) Herc' ? Le premier qui l'appelle Cucul il lui encastrera probablement la tête dans un mur.
Ascendance Sang pur, bien préservé depuis des générations mais sans proner une pureté du sang. C'est juste du hasard.
Age 28 ans.
Date et lieu de naissance 30/05, Maracaibo au Venezuela.
Sexualité Bisexuel.
Métier Branleur océanique ? Tu te balades à travers le monde sur un bateau que t'as acheté après tes études et que t'as retapé pendant un an.
logement Ton bateau, dans le port de la ville.
Caractère
« Je n’ai jamais compris Hercules. Jamais. On s’est toujours respectueusement entendu, comme un frère et une sœur, et je ferais tout pour lui. Je ne sais pas si l’inverse est vraie, il n’est pas même venu aux obsèques de papa. Mais, je ne comprends pas ce besoin d’être seul sur un bateau avec un perroquet idiot. Je ne comprends pas cet air constamment morose qu’il adopte. La vie est belle, autant la vivre non ? Je ne sais pas. Hercules, je l’aime, mais je ne le comprendrais jamais entièrement. »
Elena, sœur aînée.

« On se ressemble beaucoup. C’est peut-être pour ça qu’on était proches. Moi, j’passe mon temps dans des jardins botaniques à m’occuper de plantes, lui dans l’eau. On est pourtant pas si atypiques que ça dans notre pays, mais le fait de tout plaquer pour passer sa vie en mer, c’est visiblement quelque chose qui dérange. Moi j’trouve qu’il a énormément de courage pour faire ça. Il a beaucoup appris seul et les premières grosses tempêtes, je me souviens qu’on était prostrés dans la maison de ma mère à regarder les informations. Jusqu’à ce qu’il appelle le lendemain matin, on était pas bien. Aujourd’hui, on redoute toujours le jour où on apprendra qu’il est mort en mer, mais on lui fait confiance. Il revient toujours. »
Donna, seconde sœur.

« Hercules, je crois que je l’admire un peu. Il est déterminé, il fait ce qu’il veut, quand il veut. Il vit à son propre rythme. J’aime beaucoup mon frère même si nous n’avons clairement pas les mêmes buts dans la vie. C’est le petit dernier, il a été un peu plus gâté que nous. Et puis, c’était le fifils à son papa. Attention, notre père nous aimait tous de la même manière. Mais il avait plus d’affinité avec Hercules, son seul fils. Niveau sentimental aussi, Hercules on peut dire que c’est un boulet. Avec Elena et Donna, on l’a regarder tourner en rond autour d’une fille toute son adolescence sans jamais lui dire ce qu’il ressentait pour elle. Pourtant ça se voyait le nez au milieu de la figure. On n’a jamais su si elle le faisait tourner en bourrique mais, son départ l’a brisé. Il n’a jamais été l’enfant le plus joyeux, il était toujours assez pudique. Mais, rester seul l’a rendu mélancolique. J’crois qu’il l’aimera toujours, même si on lui dit de lâcher prise. »
Veronicà, dernière sœur.

« Mon fils, c’était un battant, il était fort et pouvait facilement vous mettre à terre s’il le voulait. »
« Tu dis des bêtises, Nicolàs. »
« Mais si, mon fils c’est le meilleur. Il est parti seul sur un bateau pour faire le tour du monde ! Y’a pas mieux pour forger un caractère et un corps d’athlète ! J’vous jure, je suis sûr qu’il doit faire tomber les filles. »
« Et pas que. »
« Comment ça pas que ? »
« Oh mon chéri. Ton fils ne se prive d’aucun plaisir. »
« Je ne comprends pas. »
« C’est pas grave. Allez. Hercules était un enfant plein de vie. Il n’a jamais souris à outrance mais il était très curieux du monde qui l’entourait. Très proche de la nature aussi, combien de fois on l’a retrouvé en haut de ce grand arbre à la sortie du village. »
« Trop souvent ! Jusqu’à ce qu’il se casse un bras. On l’a emmené vite à l’hôpital et il est plus jamais remonté. Jusqu’à ses quatorze ans, quelque chose comme ça. Ils allaient tout en haut avec la petite… comment elle s’appelait déjà, elle avait un nom à coucher dehors. »
« Dis celui qui a appelé son fils Hercules. Adnae, elle s’appelait Adnae. »
« Ah ! Oui. C’est ça. Du coup ils passaient leur temps en haut de l’arbre. Tu crois que c’était son amoureuse. »
« T’es coincé dans un siècle qui n’existe plus Cariño. Il l’aimait Adnae mais, elle n’a jamais été sa petite copine. »
« Pourquoi ? »
« Tu connais Hercules et son manque de communication. Une fois, il voulait faire un tour en barque, et il a été tellement clair qu’on l’a emmené dans un parc d’attraction. »
« C’est pas faux. Pourtant, il a eu des jeunes femmes à son bras. »
« Quelques-unes, oui. Des hommes aussi. »
« Comment ça des hommes ? »
« Nicolàs… Je te l’ai dit tout à l’heure. Ton fils ne se prive pas de vivre. »
« Ouais ouais. J’ai compris. »
« Toujours est-il qu’il n’est jamais resté bien longtemps avec aucune d’entre elles. »
« Pourquoi ? »
« … Adnae. »
« Aaah ! Ah oui. Donc c’est son amoureuse. »
« Pas exactement. Ils ne se voient pas souvent, elle est partie quelque part en Europe. Mais on n’est pas là pour parler d’Adnae. »
« C’est vrai ! Mais en même temps, il se dériderait un peu qu’elles seraient toutes à ses pieds. On a toujours l’impression qu’il tire la tronche ce gosse. Je comprends pas, tu crois qu’il est malheureux, qu’on a loupé quelque chose ? »
« On n’a rien loupé, nos enfants sont parfaits. Mais, je pense qu’il était plus réservé dans un premier temps et puis, l’école n’a pas dû aider. Tu sais, les internats, c’est pas ce qu’ils préfèrent et on a aucune visibilité sur ce qu’il s’y passe. Après, je pense que c’est simplement dans son caractère. Il a toujours été plus pudique que nous, plus renfermé. »
« Il est heureux, tu crois ? »
« Oui, je pense. »
Nicolàs & Dolores, parents aimants.

« Je crois que je ne connais pas Hercules. J'ai passé presque ma vie entière à ses côtés, pourtant quelque chose me dit que je n'ai jamais vraiment réussi à le saisir. De prime abord, il est froid et indifférent. Pourtant je sais qu'il est en réalité pudique et terriblement sensible. Ou alors je l'ai rêvé ? Parfois je me dis qu'il part tout seul en mer parce que c'est la seule chose à laquelle il arrive à parler, à dire ce qu'il a sur le cœur. Peut-être que c'est parce qu'il est comme elle, insaisissable, farouche, sauvage et pourtant doux, irrésistiblement attirant. Peut-être que nous avons tous râté quelque chose, peut-être que cette lame de fond qui nous saisit au creux du ventre comme un rappel du berceau de l'humanité, c'est à cet appel qu'il répond chaque fois qu'il part en mer ? Ou alors je l'ai rêvé et il ne part en mer que parce que c'est le seul endroit où il se sent maître de sa vie et de ce qu'il fait. Peut-être qu'il est plus facile d'être un inconnu qui passe de port en port et qui ne recherche la compagnie de ses semblables que quand le besoin d'entendre des voix humaines se fait sentir. Peut-être que dans le fond, il se sent aussi seul et qu'il a besoin de le matérialiser pour ne pas se demander pourquoi il se sent seul. Mais s'il a fait ce choix d'être seul, je ne peux pas le retenir, il est plus heureux comme ça, non ? … Non ? »
Adnae, celle qu'il n'aura jamais pu avoir.
Monde magique
petites questions sur vos caractéristiques

Baguette Magique
Bois Mélèze.
coeur Crin de licorne.
longueur 31cm.
caractéristiques Robuste.
animal de compagnie
Nom de l'animal Iago
Race Perroquet. Un simple Perroquet.
Description physique Iago est un perroquet mâle assez fier de sa carrure. Ventre orange, plumes bleus roi et bleu turquoise. Un beau bec noir. Iago est un bel oiseau. Il est plutôt grand aussi, 45cm de haut. Normalement, cette race ne parle pas. Mais tu soupçonne l'homme de qui tu as récupérer Iago d'avoir utiliser l'oiseau comme test pour des sorts. Du coup, il parle. Beaucoup. Et il apprend très vite. Pire qu'un môme.
Description moral C'est un oiseau plutôt salopard. Iago n'aime que son maître qu'il estime beaucoup. Mais, si vous n'êtes pas lui, alors il fera en sorte de vous faire tourner chèvre. Iago, c'est un perroquet maléfique. Du genre de celui qui se cache dans un coin sombre de la pièce pour vous hurler dessus au moment ou vous approchez trop près de lui, sûr que vous ne l'aurez pas vu. Il a très bonne mémoire aussi, trop bonne mémoire. Du coup, il récite des dizaines de trucs qu'Hercules aurait voulu qu'il oublie. Il est jaloux aussi, un peu.
questions en plus
Miroir du Riséd Elle.
Amortentia Thé ; Vanille ; La marée.
Patronus Méduse.
Epouvantard Il n'a jamais rencontré d'épouvantard. Alors peut-être un lézard ?
Riddikulus Du coup il imaginerait un skateboard.
don / créature / capacité Aucune.
biographie
racontez nous votre histoire
Voyager, c’est naître et mourir à chaque instant.
Assit dans la pénombre, les larmes roulent doucement sur les joues basanées.
Quand on est un homme, on ne pleure pas.
Alors on enferme tout au fond de son cœur et on supporte. Jusqu’à exploser, jusqu’à ne plus pouvoir supporter ce trop plein d’émotions, ce trop plein de sentiments. Parce qu’un homme n’est qu’un Homme. Et un Homme est fait pour ressentir, sinon il ne serait pas différent des autres animaux.

Assit dans la pénombre, les larmes roulant le long de tes joues, tu pleures ce père avec lequel tu n’as pas pu passer assez de temps. Balloté entre le détroit de Magellan et l’océan Atlantique, tu n’as pas pu vivre avec lui ces derniers instants et, ton cœur se déchire. Alors oui, tu pleures. Et aucun autre Homme sur cette planète n’est autorisé à te dire de ne pas le faire.


Nicolàs était un homme amoureux. Amoureux de la vie, amoureux des gens, amoureux de la nourriture, amoureux du vent, des oiseaux, de la nature. Amoureux de sa femme, Dolores. Il l’avait rencontrée au détour d’une ruelle pendant la fête des morts. Il y a mieux comme journée pour rencontrer quelqu’un. Elle était en larme, ayant récemment perdu une sœur. Lui fêtait cette journée comme tous les ans. Alors, il l’avait prise par la main et il l’avait emmené jusqu’à la place. Ils étaient restés là toute l’après-midi à regarder le soleil se coucher. Puis, il l’avait ramené chez elle. L’idylle ne commença pourtant que des années plus tard lorsqu’il livra le petit café qu’elle tenait. Il ne l’a reconnue pas. Elle ne l’avait jamais oublié. Une fois qu’ils se furent retrouvés, ils ne se quittèrent plus jamais. Ils s’installèrent dans leur village d’origine et eurent quatre enfants : trois filles, un garçon.


Elena était une femme belle et gracieuse. La future maman parfaite, celle qui veillait sur ses frères et sœurs avec un brio inouï pendant que leur mère se tuait à la tâche dans un bouiboui infâme. Belladona était la tête brûlée, la fille qui donnait des coups et jouait au foot. Elle a été charriée, quand elle était môme. Valait mieux qu’elle apprenne la couture. Pourtant, c’était une femme forte qui s’était rendue compte qu’elle n’avait besoin de rien ni personne pour avancer dans la vie. Veronicà quant à elle était plus discrète, plus timide, plus réservée. Toujours dans son univers, c’était la tête de la famille. Elle était la plus sérieuse, la plus intelligente, la plus vouée à faire de grandes choses. Et pour finir, Hercules. Lui, c’était le doux rêveur, l’aventurier sans peur. Outre les lézards, c’est quand même effrayant les lézards, non ? Sur-couvé par sa mère et Elena, il fut heureux de pouvoir sortir de son cocon grâce à son père et Donna.


Voir son fils préféré grimper aux arbres plutôt que de plonger son nez dans les livres avait toujours plu à Nicolàs. Il était un peu macho, un peu sexiste aussi. Il blâmait son époque pour ça et, quand ses filles ont grandi, il a vite compris qu’il allait devoir grandir aussi. Mais son fils, à sa naissance, c’était un cadeau du ciel. Hercules était un accident qu’ils avaient accueilli avec amour. Mais il n’aurait pas pu rendre son père plus heureux. Pêcheur à ses heures perdues, ils passaient des heures ensemble dans une vieille barque qui menaçait de tomber en lambeau à la moindre vague mais, qui tenait bon. Et Dieu qu’ils ont passé de belles heures à ne parler de tout et rien, entre hommes. Donna était verte de voir son frère privilégié mais, elle l’aimait trop pour lui en vouloir. C’est son père qui enseigna à Hercules la navigation. C’est lui qui lui apprit à aimer l’eau. Un peu trop peut-être, parce que c’est à cause de lui qu’il est parti.


Et puis, il y a eu elle. Qu’est-ce qu’elle était belle. Mais plus que ça, elle était tout ce qu’Hercules aurait aimé. Elle était cette voisine, la fille des amis de ses parents. Alors naturellement, elle se mêla à leur fratrie. Les filles étant déjà grandes, c’est avec Hercules qu’elle fit ses premières armes. Elle avait cette intelligence, cette manière de parler qui s’affuta avec les années. Son esprit était vif et elle n’était jamais contre aller se perdre dans la nature. Alors, Hercules l’aima. Toujours. Mais, il en était sûr, ce ne fut jamais son cas. Il était le meilleur ami. Parfois, il avait cru voir des ouvertures mais, elles s’étaient bien vites fermées. D’autant qu’ils ne se voyaient pas aussi souvent qu’ils l’auraient voulu.


11 ans, c’est l’âge clé pour tous les petits sorciers. Parce que oui, ce qu’on n’avait pas encore évoqué, c’était que tes parents étaient des sorciers. Dans leur village, ils étaient les seuls alors, chaque enfant fut envoyé à Castelobruxo, une école de magie qui se situait au Brésil et qui accueillait les enfants sud-américains. Devoir abandonner ses amis et ses proches fut un déchirement pour Hercules mais, il s’acclimata assez facilement à sa nouvelle école. Il n’était ni populaire, ni dans l’équipe de Quidditch, ni préfet, il était juste lui-même. Et ça lui suffisait. Il a eu des amis, des petites-amies, des petits-amis aussi. Enfin, les derniers ne furent jamais réellement publics, ils furent plus dissimulés. Mais au fond peu importait la personne avec laquelle il était, c’était toujours la même qui occupait ses pensées.


Finalement, vint la fin de tes études et avec ça les questions habituelles, celle de savoir quoi faire de sa vie. Tu n’en avais aucune idée. Tu ne savais qu’une chose : tu voulais prendre la mer. Alors, tu travaillas quelques mois pour te payer un bateau. Une vieille bicoque toute fendue. Puis, tu travaillais comme maître-nageur, comme manutentionnaire, comme commis pour réparer et retaper ce bateau. Un cadeau de ton père qui, venait chaque jour travailler avec toi sur cette épave que tu voulais remettre sur pieds. C’est à l’aube de tes 19 ans que tu pu enfin faire un tour avec. Quelques semaines plus tard, après avoir préparer ton itinéraire, tu es parti à ton tour. Tes sœurs n’étaient jamais revenues à la maison après l’école et, Ça faisait plus d’un an qu’Adnae avait disparu de la circulation. Tu recevais encore des lettres mais son départ t’avait profondément blessé. Alors, tu avais quitté le port.


Ça fait presque dix ans maintenant que tu vogues par monts et par vaut, ne t’arrêtant jamais plus d’un mois au même endroit. Tu aimes découvrir, rencontrer, en prendre plein les yeux. Mais tu n’es jamais mieux que lorsque tu es seul sur ton bateau à écouter le bruit des vagues. Alors oui, parfois la solitude te pèse, oui tes proches te manquent. D’ailleurs tu passes les voir de temps à autre. Que ce soit tes sœurs, tes parents ou même Adnae. Mais tu n’as jamais senti le besoin de t’attacher à un lieu, ni même l’envie de tes proches que tu restes. Alors tu repars, inlassablement. Tu n’étais qu’à quelques lieux de Mapple Town quand tu as reçu le message de ta mère, quand tu as appris que tu avais perdu ton père. Alors tu as accosté, incapable de rester seul au large pour le moment. Ça te permettra de renflouer les caisses et tu prendras le temps qu’il faudra.
pseudo kendall
age 24 y.o
comment avez vous découvert le forum ? gngngng
code du règlement Autovalide maggle.
un petit mot ? J'vous aime. ♥
Revenir en haut Aller en bas
Nova BURNUM
Nova BURNUM
Nova BURNUM
Personnel
Mar 4 Juin - 23:57
Messages : 307
Points : 96
feat : Kikloh - DocWendigo
Age : 39
Métier / Options / Orientation : Directrice de Tjukurpa

Carnet du sorcier
Ascendance: Sang-Pur
Patronus: Mygale
Baguette Magique: Bois d'Acacia, Cheveux de Vélane, 28cm, Rigide
https://tjukurpa.forumactif.com
Personnel
Félicitations !☆
☆ Tu es validé !
GNGNGNGN TU NOUS AURAS BIEN FAIT POIROTER HERCULES. /out

Amuse-toi bien. ♥
☆ La suite...
Rien de bien compliqué en soi. Les étapes habituelles un peu administrative avant de s'adonner uniquement au RP ♥

☆ Sur Tjukurpa, il n'y a pas dix endroits où tu dois aller recenser les avatars, les métiers, etc. Il n'y en a qu'un seul : le recensement global.
☆ Une fois que tu as recensé tout ce qu'il faut, tu peux préparer ton topic de vie scolaire ainsi que choisir tes avions en papier ou ton téléphone portable.
La partie administrative est terminée ! Tu peux maintenant demander un rp ! N'hésite pas à passer dans les sujets de vie scolaire des autres pour demander des liens ou voir ce qu'ils proposent ;)
☆ Pour finir, je t'invite à rejoindre le discord du forum ! Il remplace la chatbox à 100% et te permettra de dialoguer avec le staff mais également avec les autres membres.

Je crois qu'on a fait le tour alors... encore bienvenue parmi nous ! ♥
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers: