Le deal à ne pas rater :
Chargeur sans fil – Samsung – Intérieur Noir (ODR 20€)
4.99 €
Voir le deal

On ne peut pas dire la tristesse, on ne peut que la ressentir. - Ft Lukas

 :: Les vieux livres poussiéreux :: La population de Tjukurpa :: Les fiches abandonnées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Invité
Ven 28 Juin - 0:19
Lukas Ocean LOVE
ft. Violet Evergarden - Violet Evergarden

carte d'identité
Nom de famille Love, une ironie à lui tout seul
Prénom(s) Lukas (à prononcer Louka), le choix de mon père, parce que c’était l’année des L selon le calendrier canin. Ocean, ça c’est de maman, pour son amour inconditionnel de la mer.
Surnom(s) Lou’, parfois, mais il se fait loin le temps où quelqu’un m’a appelé comme ça.
Ascendance Mêlée, ma mère était une moldue.
Age Ma carte d’identitée indique 19 ans, mais je préfère le gonfler de 3 ou 4 années supplémentaires pour éviter les questions.
Date et lieu de naissance 8 Mars, la journée des droits de la femme. Une raillerie chaque année supplémentaire… Je suis née à Amsterdam en Hollande
Sexualité Bi-curieuse délavée. Ca n’existe pas ? Disons que les rares qui m’ont attirée étaient des hommes mais que j’en ai si peur, désormais, que je m’imagine plus facilement dans les bras d’une femme.
Métier Mère au foyer
logement Chez un ange tombé du ciel, du nom d’Eden.
Caractère
Dans la chambre du service pédiatrique de l'hôpital, une jeune infirmière, diplômée depuis quelques années, entre un dossier en main.

« Comment vas la petite…
-Laena. Sa collègue, une des plus âgée du service, l’accueille avec un sourire. La petite Laena va mieux. Ce n’était qu’une légère pneumonie, sa mère a bien fait de nous l’amener.
-Tu y crois… ? Demande la plus jeune, en posant les yeux sur le berceau transparent où un poupon de quelques mois dort, aidé par un apport d’oxygène directement à son nez. Sa saturation en oxygène est bien remontée et la fièvre baisse.
-Croire quoi ? C’est une troisième femme qui arrive, la 40aine, elle se démarque par son badge. Pédiatre, et non infirmière.
-Que la gamine qui l’a amenée est sa mère.
-Bien sûr qu’elle l’est. S’étonne la pédiatre. Elle et sa fille se ressemblent comme deux gouttes d’eau, mêmes cheveux et yeux, une tache de naissance sur la clavicule chacune. Elle est assez âgée pour l’avoir enfantée, ce bébé. Et puis, ne me dites pas qu’une femme qui se bat autant aux urgences pour que l’on prenne en charge son enfant n’est pas sa mère. Elle a manqué de énucléer l’infirmier qui voulait la raccompagner à la sortie. Une vraie harpie, heureusement que je passais par là.
-Même ! La plus jeune du lot se penche pour caresser tendrement la petite fille. Elle est trop jeune, trop perdue, elle n’a même pas l’air d’avoir un sou, on ne sait pas d’où elle vient, qui elle est. Qui nous dit que son prénom est le bon ? Qu’elle n’a pas enlevé cette enfant ?!
-Mais pourquoi se mettre des idées pareilles dans la tête ? S’impatiente la pédiatre. Elle n’a rien fait de plus qu’emmener son enfant ici.
-Elle est bizarre… Elle n’a même pas pleuré quand on lui a dit qu’on gardait sa fille. Elle est restée là, assise dans la chambre, jusqu’à ce qu’on lui dise d’aller manger. Elle est maigre, elle est pâle, elle ne parle pas.
-Elle est fatiguée !
-Par la vie, pas par cet événement en particulier. Elle cache quelque chose !
-Mesdames… Mesdames ! La vieille femme les interrompt alors que la mère de l’enfant se tient dans l’encadrure de la porte, un café dans la main. Votre fille va mieux.
-... Elle est presque apathique, distante et comme délavée. Merci pour votre aide. »

Pas un mot de plus, et la jeune femme blonde traverse la pièce et se penche sur le berceau pour caresser du bout des doigts le bambin qui s’est réveillé à cause du bruit. Gênées les visiteuses quittent la pièce en silence. Et revoilà ce duo improbable, fragiles et fortes, vivantes et éteintes, l’une coulant vers le fond, retenu aux bras minces de l’autre, en pleine éclosion.

Douce Protectrice Attentionnée Éteinte Menteuse Silencieuse Une peur incroyable des hommes Effrayée par la magie Était à Beauxbatons jusqu’en 4ème année Adore la chaleur de l’été Chante avec une superbe voix Aime le dessin Attrape vite froid A suivi un cursus de Lettres à domicile  Tête en l’air quand il s’agit d’elle-même Retient tout sur les gens et trouve souvent la petite attention qui ravi un coeur Ne rit plus Dort mal sauf quand elle est épuisée
Monde magique
petites questions sur vos caractéristiques

Baguette Magique
Bois Cèdre
coeur Cheveux de vélane
longueur 24,3 cm
caractéristiques Une baguette usée, qui n’est plus très bien entretenue et qui prend la poussière dans un coin de la valise. Je ne la sors presque plus, je m’en sers encore plus rarement.
animal de compagnie
Nom de l'animal réponse ici
Race réponse ici
Description physique blanc, noir, gris, tacheté, rayé, a poil ras ou à poil long, donnez nous des détails !
Description moral Est-il plutôt calme, joueur, sauvage ?
Comment vous l'avez trouvé ? Racontez nous brièvement ce que votre personnage à ressentit en trouvant l'animal et pourquoi celui là et pas un autre.
questions en plus
Miroir du Riséd Une petite fille blonde comme les blés, qui court en riant sur une plage ensoleillée.
Amortentia L’odeur du talc, les roses et les blés en été
Patronus Un lynx
Epouvantard Une grande ombre filiforme qui se rapproche de moi dans un claquement de talon inquiétant
Riddikulus Je n’arrive pas à combattre cette créature, cette peur.
don / créature / capacité réponse ici
biographie
racontez nous votre histoire
« You don’t realize your body is on fire and burning up because of the things you did. »

Il fait nuit. Je ne dors pas.
Il fait jour. Je ne dors pas.
Il fait nuit. Laena dort.
Il fait jour. Je me suis endormie.

Il fait nuit. Je tourne en rond dans la pièce qui est devenue ma vie. Le bébé dort sereinement et je continue mon travail des journées précédentes. La pièce est impeccable, le dessin sur le mur continue son évolution. Il sera bientôt fini.

Il fait jour. Laena est mal, elle pleure depuis ce matin. Je m’occupe d’elle, la cajole et retrouve même quelques médicaments adaptés pour la calmer. La fièvre re-descend dans la journée et elle recommence à gazouiller dans son berceau ou contre ma peau. Les biberons se suivent et ne se ressemblent pas.

Il fait nuit. C’est le jour de la visite. Laena aura un sommeil agité, je le sens, mais je ne peux rien faire de plus. Moi je ne dormirai pas. Il arrive comme à chaque fois. Un bip, une porte qui s’ouvre et il s’avance vers le berceau. Il s’inquiète de la petite et de son visage rougi par les restes de sa fièvre et il me tend un sachet de lait en poudre. La suite est la même. Parler, l’écouter, rire, émettre des plaintes. Je suis une poupée qui répond à la demande.

Il fait jour. La fièvre n’est plus, le lait est un nouveau, Laena ne l’aime pas. Ça me fait pleurer de la voir si énervée et je finis par me réfugier dans ma chambre pour me calmer. Mes yeux retombent sur le cadre de ma table de nuit. Mes parents dans leurs jeunes années, on habitait Amsterdam. Mon père, souriant et heureux, sorcier prodigieux, auror de sa condition. Ma mère, virevoltant dans ses bras en riant, chanteuse de cabaret qui voyait une nouvelle vie s’ouvrir à elle.

Il fait nuit. Je devrais dormir, mais je continue la fresque, cachée sous un drap tendu sur le mur. C’est une surprise, il a accepté de ne pas la regarder avant la fin. La petite a bu son biberon de 9h, en jouant avec sa compote de surcroît. Je m’active sur le dessin en sentant mes forces décliner. Ce ne sera plus très long pour en finir.

Il fait nuit. Je n’ai pas vu la journée passée. Je me suis enfin réfugiée dans mon lit, et mes yeux sur ce qu’il me reste du blason de l’école que j’ai fréquenté. 4 années de bonheur, d’apprentissage d’une chose qui me semblait irréelle. La magie. Jusqu’à l’accident de maman. Accident de la route, mon père n’a pas pu la soigner parce que des non-mages étaient présents et qu’il ne devait pas compromettre son boulot d’auror.

Il fait jour. Aujourd’hui Laena teste la purée de carotte et je me retrouve si sale qu’on glousse toutes les deux. La journée est légère, le soleil nous fait du bien, même si dehors il fait froid. Je ne m’habituerai jamais aux cycles inversés de l’Australie. Je continue pourtant de chantonner dans la pièce en berçant la petite qui gazouille. Ma cheville se plie mal sur une pirouette et je manque de m’échouer sur le sol. La douleur me fait gémir.

Il fait nuit. C’est le jour de la visite. Il arrive comme à chaque fois. Un bip, une porte qui s’ouvre et il s’avance vers le berceau. Il sourit en voyant que Laena dort et il me dit combien on a les mêmes yeux. Je souris en hochant la tête. Il voit l’état de ma cheville et me propose de m’amener de quoi me soigner. J’hoche la tête. Il part, puis revient avec un carton rempli de bordel. La suite est la même. Parler, l’écouter, rire, émettre des plaintes. Je suis une poupée qui répond à la demande.

Il fait jour. J’ai trouvé de quoi bander ma cheville. Je vais mieux. La fresque est presque finie. Laena râle toujours sur le lait en poudre et je regarde ma poitrine sans lait. Je n’ai pas pu la nourrir comme toutes les mères le font. Je lui raconte des histoires, je lui parle de maman, qui est restée dans un fauteuil roulant pendant 5 ans, dont une pierre a été érigée cet été quand elle est partie. J’aurais aimé qu’elle la rencontre.

Il fait nuit. Je dors un peu, mais je me réveille une idée en tête. Je fouille le carton, je trouve des choses utiles, et ça devient pressant. Je reprends la fresque après avoir transféré mes trouvailles dans la valise qui contient mes vêtements et ceux de Laena, sous mon lit. Ça dure toute la nuit.

Il fait jour. Laena a de la fièvre, je l’appelle à l’aide. Il viendra ce soir avec des médicaments. Je réunis toutes nos affaires dans la valise. C’est une journée étrange, même la petite est bizarre. Je ne me sens plus moi-même. Je sais que ce sera bientôt fini. Je m’active sur la fresque, et je la signe en fin de journée.

Il fait nuit. Je l’attends. Laena est dans son couffin. Je suis assise sur le lit, et la baguette que j’ai maniée pendant ma scolarité dans la main. Je ne pensais pas la revoir un jour. Il entre.

Il fait toujours nuit. Je repousse son corps raidi sur le sol pour sortir la valise et la petite. Ensuite, j’efface sa mémoire, peu sûre de mon sort. Et finalement je retire le drap. Ensuite, je pars.

Quand l’aube se lève, le soleil entre par la fenêtre est vient éclairer un pan de mur entier recouvert de couleur. Un feu d’artifice surplombe une famille appuyée contre une Volvo rouge. Un homme tient la main de sa femme, qui tient dans ses bras un bébé. À côté, une adolescente rit aux éclats.

.
pseudo Dune
age DEntre 25 et 67 ans
comment avez vous découvert le forum ? KRKRKR
code du règlement Les blaireaux sont les animaux les plus forts du règne animal !
un petit mot ? Pipounez-la bien, plz !
Revenir en haut Aller en bas
Hildegard ÅSTRÖM
Hildegard ÅSTRÖM
Hildegard ÅSTRÖM
Élève - Goanna
Ven 28 Juin - 0:26
Messages : 921
Points : 1799
feat : Erina Nakiri (Food Wars!)
Age : 18
Métier / Options / Orientation : Options : Soin aux créatures magiques et divination.

Carnet du sorcier
Ascendance: Sang-Pur
Patronus: Renne.
Baguette Magique: Bois de cèdre, cœur en écaille de salamandre, 27 centimètres, souple.
Élève - Goanna
La Hollande c'est pas un paaaaaaays *cringe dans son coin* ; plus sérieusement, re-bienvenue, twa ! J'espère que tu t'amuseras avec cette p'tite :3 !

_________________
On ne peut pas dire la tristesse, on ne peut que la ressentir. - Ft Lukas 1551795959-erina-13
FLAMES FROM SWEDEN ❄️ !

(thanks Leith pour l'avatar On ne peut pas dire la tristesse, on ne peut que la ressentir. - Ft Lukas 1005256126)
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Invité
Ven 28 Juin - 10:46
Ma petite Lukas mignonne On ne peut pas dire la tristesse, on ne peut que la ressentir. - Ft Lukas 1005256126 On ne peut pas dire la tristesse, on ne peut que la ressentir. - Ft Lukas 1005256126
Revenir en haut Aller en bas
Nova BURNUM
Nova BURNUM
Nova BURNUM
Personnel
Ven 28 Juin - 23:58
Messages : 307
Points : 96
feat : Kikloh - DocWendigo
Age : 39
Métier / Options / Orientation : Directrice de Tjukurpa

Carnet du sorcier
Ascendance: Sang-Pur
Patronus: Mygale
Baguette Magique: Bois d'Acacia, Cheveux de Vélane, 28cm, Rigide
https://tjukurpa.forumactif.com
Personnel
Félicitations !☆
☆ Tu es validé !
Lukas est juste si touchante. J'ai hâte d'en apprendre davantage sur cette histoire sombre et mystérieuse en la lisant. Encore un peu de drama dans notre monde. 😭

Rebienvenue à la maison. ♥
☆ La suite...
Rien de bien compliqué en soi. Les étapes habituelles un peu administrative avant de s'adonner uniquement au RP ♥

☆ Sur Tjukurpa, il n'y a pas dix endroits où tu dois aller recenser les avatars, les métiers, etc. Il n'y en a qu'un seul : le recensement global.
☆ Une fois que tu as recensé tout ce qu'il faut, tu peux préparer ton topic de vie scolaire ainsi que choisir tes avions en papier ou ton téléphone portable.
La partie administrative est terminée ! Tu peux maintenant demander un rp ! N'hésite pas à passer dans les sujets de vie scolaire des autres pour demander des liens ou voir ce qu'ils proposent ;)
☆ Tu peux utiliser le compte PNJ si tu as besoin pour l'avancée de tes personnages, voici les identifiants qui te permettrons d'y accéder.

☆ Pour finir, je t'invite à rejoindre le discord du forum ! Il remplace la chatbox à 100% et te permettra de dialoguer avec le staff mais également avec les autres membres.

Je crois qu'on a fait le tour alors... encore bienvenue parmi nous ! ♥
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers: