Le Deal du moment : -8%
5€ de réduction sur le jeu PS5 ...
Voir le deal
54.99 €

La psychiatrie étudie les faiblesses de l'individu, l'Histoire les faiblesses de l'humanité. - Ft Abyss

 :: Les vieux livres poussiéreux :: La population de Tjukurpa :: Les fiches abandonnées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Invité
Mar 20 Aoû - 15:37
Abyss Orion PERLE
ft. Ukai Keishin - Haikyuu!

carte d'identité
Nom de famille PERLE, un nom que j’exècre mais dont je ne peux me débarasser. C’est celui de mes parents, celui de mes 8 ans de vie avec eux. Il est comme la tâche de mon passé que je ne peux effacer
Prénom(s) Abyss, je n’ai jamais sû pourquoi les autorités avaient accepté un tel prénom. D’ailleurs ce n’en est pas un, c’est un mot ! Orion, mon second prénom, que je n’utilise pas non plus.
Surnom(s) Difficile de raccourcir Abyss non ? Certains proches m’appellent affectueusement Yss, mais ça ne me fait ni chaud, ni froid.
Ascendance Né moldu. Mes parents étaient paumés et ils n’ont même pas vu ma magie tant ils étaient absents physiquement et mentalement.
Age Un vieil homme de 35 ans
Date et lieu de naissance 29 Février, autant vous dire que je suis censé être bien plus jeune que mon âge.
Sexualité Je crois au coup de foudre… Comment ça ce n’est pas une réponse ? Pansexuel, j’imagine alors.
Métier Préparateur sportif auprès d’une équipe de handballeurs (ex-manager de Yiannis)
logement Un T2 agréable dans la Vieille Ville
Caractère
Pourquoi y a-t-il toujours ces quizz à la con dans les magazines des salles d’attente ? Je crois que je suis tant venu ici, j’ai pas tant d’heures mise bout à bout, que je les connais tous, mais moi, ce que je préfère, ce sont les portraits chinois.

Si vous étiez :

Un animal : Autrefois j’étais un lion, je n’en doute pas. Maintenant, avec le recul et les années, je dois plus tenir du chien maintenant. Un berger allemand peut-être ? Ou un border collie, qui s’occupe de tenir le groupe dans un espace sain et sécurisé sans relâche.

Une couleur : J’adorais le rouge avant. C’était la couleur de la vie, de l’amour, de la force. Maintenant, c’est celle que j’associe au sang, à la douleur et à la mort. Le blanc me va mieux. Celui de la sérénité que j’aspire à trouver.

Une plante : Une edelweiss. Ca ça n’a pas changé, tu as toujours aimé la fragilité et la pureté de cette fleur. Tu y voyais tous les petits sur lesquels tu as toujours veillé, leur fragilité et leur nature sauvage.

Un mot : avant, ça aurait été “Dépasser” certainement. Je n’avais que cette idée en tête, aller plus loin, plus haut, plus fort, ne jamais m’arrêter et réussir à décrocher la lune. Désormais, c’est “non” celui que je dis le plus. Non au sortie, non aux sports dangereux, non à la prise de risque, « non, fait attention », « non, je ne suis pas d’accord », « non, tu ne repartiras pas sur le terrain, c’est trop dangereux »...

Un élément : L’eau. L’eau a toujours été mon élément. Elle va et avance sans se poser de question et c’était ça que j’aimais chez elle. Et puis, j’ai découvert qu’elle était aussi rassurante parce que l’eau suit son cours, ne change pas de forme sans prévenir. L’eau est égale à elle-même et quand elle vous accepte, vous ne faites plus qu’un avec elle. L’eau est un cocon rassurant.

Un aliment : La douceur des tartes à l’abricot que faisait ma mère (celle d’accueil, celle qui est plus vraie que ma vraie mère). Ca a toujours été un intense moment que l’heure de la tarte. Il n’y avait plus de conflit, de colère ou de larmes, juste tous les gamins autour d’une table et un moment de bonheur.

Une peur : La mort. Elle est apparue dans ma vie avec Yiannis, avec cet seconde immense où je l’ai cru perdu à jamais. Elle m’a poursuivie moi et à tenté de m’enlever. Désormais, elle me hante à chaque pas que je fais.

Une qualité : La protection et la droiture. Ok, ça en fait deux, mais elles vont un peu de paire non ? En tout cas, c’est ce que la vie m’a appris. Ma famille d’accueil nous a soudés les uns avec les autres et m’a appris à prendre soin de mes frères et soeurs ainsi que d’être honnête envers mes parents.

Un défaut : La peur. Il n’y a pas à dire, chaque geste, pensé et action est dictée par cette foutue peur. Ca arrive bien trop souvent que je regrette un mot, que je doute d’un geste parce que cette angoisse collante fausse mon jugement. Mais je n’arrive pas à m’en dépêtrer

Un objet : Mon paquet de cigarettes, qui est en permanence sur moi. C’est idiot, mais la cigarette a été ma manière de survivre après le drame et maintenant, je ne peux plus m’en sortir.

Fume excessivement ¤ Est suivi par un psychiatre pour dépression post-traumatique ¤ Fait encore parfois des crises d’angoisses ¤ Est très impliqué dans le bien-être des autres ¤ N’a pas été en couple depuis l’accident de Yiannis ¤ Est assez fuyant dans les relations amoureuse depuis lors ¤ Adore se poser au calme dans un café avec un livre ¤ Déteste le Quidditch (ou essaie de s’en persuader) ¤ Était plutôt bon en vol ¤ Boit très peu ¤ Est atteint de toc de rangement et de contrôle. ¤ Pour une raison obscure, les animaux ne l’aiment pas
Monde magique
petites questions sur vos caractéristiques

Baguette Magique
Bois Frêne
coeur Crin de licorne
longueur 31.1 cm
caractéristiques Comme vous l’aurez compris, cette baguette est faite pour me résister et être capricieuse, et dieu sait qu’elle l’est. Je ne l’utilise que pour des choses du quotidien parce que j’ai perdu foi en elle quand elle n’a pas produit le sortilège que je voulais pour arrêter Yiannis.
animal de compagnie
Nom de l'animal
Race
Description physique
Description moral

questions en plus
Miroir du Riséd Je n’en sais rien. La seule fois où j’ai eu l’opportunité de passer devant, c’était pendant ma dépression et j’ai eu si peur de m’y voir mort que je n’ai jamais franchi le pas.
Amortentia Tarte à l’abricot, savon à la lavande et cuir des tenues de quidditch
Patronus Un aigle. C’est risible quand on sait que tu aurais aimé pouvoir voler ce jour là.
Epouvantard Tous les gens qui te sont chers qui se brisent en morceau en hurlant de douleur et toi, complètement impuissant
Riddikulus Tu n’y arrives pas à chaque fois, mais quand ça marche, quand les corps se brisent, ils partent en paillette colorées et joyeuses.
don / créature / capacité /
biographie
racontez nous votre histoire
How to save a life ?
Ma vie s’est terminée le jour où j’ai décidé d’en finir dans ma salle de bain.

Ce jour-là, alors que j’avais coulé au fond du trou depuis deux, et que j’avais décidé que je n’en pouvais plus des cauchemars, de la douleur, de cette culpabilité gluante qui ne me laissait plus aucune respiration entière, j’ai mis fin à une histoire. J’ai coupé court avec ma vie. J’ai tenté, lâchement, de tout effacer
.
D’abord, mon enfance douloureuse avec des parents alcooliques et qui ne parvenaient pas à s’occuper de la famille nombreuse qui les faisait survivre. J’étais une étrangeté dans la fratrie et personne n’y comprenait jamais rien. Et quand j’ai fini par révéler ma magie, par sombrer à leurs yeux comme étant une chose incontrôlable, les services sociaux sont intervenus. Je n’ai jamais plus revu les miens et ça ne me dérange pas plus que ça. J’avais 6 ans, mes parents étaient des étrangers, et mes frères et soeurs étaient terrifiés par mes capacités.

Ensuite, la famille d’accueil dans laquelle je suis arrivé. Un couple de Mapple Town, qui faisait déjà ce travail (si on peut appeler ça un travail) depuis plusieurs années. Des personnes incroyables, qui ont redonné foi en la vie et l’amour à un petit garçon de 6 ans, désabusé de tout. Et puis, eux aussi étaient spéciaux… Des sorciers.

Puis de ma scolarité. À 11 ans, j’ai été admis à Tjukurpa et je suis entré chez les Kunyia, pour le plus grand plaisir de mes parents d’adoption. J’étais un garçon plein de vie, plein d’envie de voir le monde, et de m’amuser. Je suis entré dans l’équipe de Quidditch et j’étais un fabuleux poursuiveur. Je n’avais peur de rien à cette époque et à bien y songer, alors que je me sens maintenant partir, c’était peut-être la plus belle période de ma vie.

De ma passion. Parce que c’était ça, l’histoire de ma vie. Le Quidditch, le vol, les balais, et chacune de ces balles spéciales qui rythmaient le jeu. Je vivais, je mangeais, je respirais Quidditch. Et comme tout bon gamin qui s’y intéresse, j’ai commencé à aller au-delà de l’école. Voir une Coupe du Monde a été le jour le plus incroyable de mon enfance. Voir Emmett, gamin de mon école, arriver des années après moi et devenir une étoile de ce sport était une fierté. Alors oui, comme les mômes de mon âge, je me suis mis a emmagasiné le savoir. Traquer les news, suivre les nouveaux joueurs, soutenir les anciens.

De cette rencontre. Ce n’est rien, après tout. Une rencontre épistolaire. J’étais devenue si fan de ce gamin, de 5 ans mon cadet, que j’avais décidé de lui envoyer une lettre. Je voulais qu’il sache qu’il avait du soutient, partout et même ici en Australie. J’ai bassiné mes parents d’adoption pour pouvoir aller le voir jouer sur son terrain. Et je l’ai vu, en secret, ce jour-là. Yiannis Koundouriotis, l’espoir du Quidditch américain. Le plus beau dans cet engouement encore trop jeune et immature, c’est que ce garçon que j’idolâtrais comme s’il était mon idéal (et Dieu sait qu’il l’était à ce moment-là), a répondu à mon courrier. Et chacune de ses lettres était un St Graal de plus.

Même l’après, l’autonomie et l’âge adulte y sont passés. J’avais 18 ans quand j’ai quitté la maison familiale, mes frères et soeurs d’adoption aussi. Je me souviens combien j’ai serré fort mes parents de coeur contre moi. Je revois même la première nuit dans mon petit chez moi, l’envie que j’aie eu de transplaner pour retourner dans mon lit d’ado’. C’était beaucoup pour un môme abandonné par sa famille de sang, mais j’ai tenu bon. Il me fallait prendre ma vie en main, j’avais un objectif que je voulais atteindre. Et ma mère m’avait tant bassiné avec son histoire de viser la lune pour au moins retomber dans les étoiles que je ne vivais que pour ça. Atteindre mon rêve et si j’échouais, j’aurais au moins de belles choses.

Ce jour-là même ma réussite professionnelle, je l’ai jetée au feu. Je n’ai jamais été assez bon pour être joueur professionnel de quidditch, je le savais depuis longtemps, alors j’ai fait de ma véritable passion pour ce sport, mon gagne-pain. J’ai sué sang et eau pour intégrer un prestigieux cursus sport étude d’Australie, à Melbourne plus précisément. J’ai décroché une alternance au sein d’une des plus grosses boites de management de stars sportives. Et ça a été dur, mais chaque jour je tenais bon, juste pour ce morceau de rêve. Et il s’est réalisé. Un jour, alors que je venais de rejoindre l’équipe de Quidditch Australienne comme manager junior, j’ai croisé un des grands. De ceux devant lesquels il fallait baisser la tête et dire oui. Et quand il a mentionné le nombre de recrutements pour l’année à venir et la recherche de “perles rares”, le nom de Yiannis est sorti de lui-même de ma bouche. Ma star se devait d’être leur perle rare. Et vous savez quoi ? Ce jour-là, même si je me doutais que je n’atteindrais que les étoiles, j’ai finalement touché la lune du doigt.

Et finalement ce jour. Celui où on m’a officialisé pour prendre en charge cette jeune recrue et que j’ai cru que mon coeur allait exploser. Que j’ai failli faire un malaise quand il est entré dans la pièce, avec son sourire adorable en me tendant la main. Ce jour où je l’ai regardé et j’ai répondu : “Je m’appelle Abyss, on a discuté par courrier il y a quelques années !”.

Oui, tout ça, j’ai voulu le retirer de ma mémoire, et me l’arracher à jamais. Mettre un terme dessus malgré le bonheur qui s’y trouvait. Et tout ça pour quoi ? Pour effacer la suite de l’histoire...

Parce que oui, les années ont passé, et si notre collaboration était d’abord professionnelle, elle est rapidement devenue amicale. Yiannis restait mon dieu à moi, et le côtoyer au quotidien était ma joie personnelle. Jusqu’au drame d’il y a 9 ans. Je ne l’ai jamais accepté et j’ai tant et tant retourné cette histoire dans ma tête, j’ai tant rejoué cette poignée de secondes qui a tout changé que j’en suis à un point où, aujourd’hui, assis sur le carrelage de la salle de bain, je ne sais plus dire ce qui est vrai ou faux. Je sais juste que je n’ai rien pu faire. Rien.

Je ne me souviens plus du temps ni des conditions de vol. Il pleuvait certes, mais il pleut souvent pendant les matchs. Était-ce trop ? Est-ce que j’ai encouragé Yiannis a voler plus que je n’ai fait attention ? Ai-je loupé quelque chose ? L’ai-je forcé contre sa volonté ? Voulais-je le voir briller en oubliant le danger ? Je ne sais plus. Je me souviens juste de le voir tomber de son balai devenu capricieux pendant le match. Je me souviens avoir couru vers le terrain, et d’avoir sorti ma baguette. Et cette saloperie était si capricieuse qu’elle a senti ma panique et que là où j’avais voulu l’immobiliser en l’air, je n’ai fait que ralentir la chute.

Il n’est pas mort ce jour-là. Il s’en est sorti handicapé. Et moi, ma vie est partie en cendre. Il m’a fallu 2 années pour complètement lâcher prise. Deux ans pour prendre la décision sensée, en tout cas à ce moment, que tout devait s’arrêter.


Ma vie a commencé le jour où j’ai décidé d’en finir dans ma salle de bain.

Cette décision sans sens, bien trop douloureuse, complètement choisie par la peur et la douleur m’ont parfaitement changé de voie, de vie, de croyance. J’ai failli y rester, ce jour-là, et le seul souvenir que j’en garde, c’est la voix de l’urgentiste, qui me demandait de rester éveillé. Puis les larmes de ma mère d’adoption. Juste ça, et ça m’a suffi.

Il n’y a pas grand-chose à dire depuis ces 7 dernières années… J’ai été en thérapie, et c’est les mots “dépression post-traumatique” qui ont été inscrits sur mon dossier médical. J’ai été sous traitement médicamenteux un long moment. Il ne me reste que les anxiolytiques au besoin. Et puis, il y a eu le travail sur moi-même, la force de me relever. Et cette force, elle n’a pas été pour moi, mais pour mes parents, pour mes frères et soeurs d’adoption, mes amis. Pour Yiannis. Même si j’étais sorti de sa vie, même si sa colère contre moi m’était trop difficile à supporter, même si moi-même je ne pouvais plus le regarder en face, il a été l’un des moteurs de ma thérapie. Celui pour qui, avec ma famille, j’étais prêt à me surpasser.

3 ans après mon coup de folie, c’est Eden qui est entrée dans ma vie. Eden, c’était la nouvelle petite sans famille de ma maison d’enfance. Je n’avais rien en commun avec elle, et je n’aurais certainement pas retenu plus que son prénom si mes parents ne m’avaient pas demandé de venir passer les vacances d’été avec eux. Pour la voir elle. Pour les aider à la comprendre. Et cet été-là, Eden est devenue autre chose. Une jeune fille aux yeux verts enflammés, au caractère ardent. Elle m’a retourné de l’intérieur et j’ai fui avant la fin des vacances.

J’ai finalement renoué avec le sport. Le Handball plus précisément. Je suis devenu entraîneur d’une équipe puis j’ai suivi des formations pour être préparateur sportif. Depuis, je suis le leader de l’équipe de handball de Mapple Town, pour mon plus grand plaisir.

Et vous allez me demander ce qu’est devenu Yiannis ? Et bien avec le temps, avec l’envie, avec l’amour, les choses se sont peu à peu décantées. Il est et restera ma seule idole, je n’en doute pas. Mais il incarne également la blessure qui tranche mes deux poignets. Yiannis est resté du côté du Quidditch, alors que j’ai volé vers d’autres horizons moins dangereux. Yiannis rêve de voler et de profiter encore de vraies sensations sur un balai, alors que je lutte pieds et mains pour qu’il ne remette pas sa vie en jeu. Alors oui, nous sommes amis, mais les choses sont difficiles et nous apprenons certainement à faire avec, petit à petit.

Et donc voilà. 9 ans qui se sont écoulés dans la douceur du temps qui passe. Entrecoupés de rechutes, d’espoirs, d’attirances, de fuites. 9 ans que j’ai eu du mal à apprécier au départ, mais que je chéris chaque jour désormais.


J'ai vécu deux fois, et tout le monde n'a pas cette chance.

Petit plus :
Citation :
- Il est toujours suivi par sa psychiatre tous les trimestres.
-  Il est infernal sur l’alignement des choses. Fourchette/assiette/couteau, tableau sur un mur, plateau sur une table. Si ça c’est pas aligné, il devient dingue.
- Ah et aussi les poils d’animaux sur les habits, ça le rend malade.
- Oh et les portes pas bien fermées. Une porte c’est soit ouvert en grand, soit fermé, mais il ne supporte pas l’entre-deux.
- Il n’a quasiment jamais remis les pieds dans un stade de Quidditch et ça le rend dingue qu’une de ses soeurs pratique ce sport dangereux.
- Il n’a jamais revu ou eu envie de revoir sa famille.
pseudo Dune
age (666+152)/31
comment avez vous découvert le forum ? Kendiechat, toujours toujours
code du règlement JE VEUX PAS ETRE PRO BLAIREAUX >8C
un petit mot ? Je vous aime ♥
Revenir en haut Aller en bas
Jarell D. ROKKUR
Jarell D. ROKKUR
Jarell D. ROKKUR
Monde - Moldu
Mar 20 Aoû - 17:00
Messages : 71
Points : 590
feat : Ichigo Kurosaki - Bleach
Age : 29
Métier / Options / Orientation : Serveur au 'fever'

Carnet du sorcier
Ascendance: Moldu
Patronus:
Baguette Magique:
Monde - Moldu
Ouhh j'aime les avatars qui viennent de Haikyuu ! C'est ma passion /pan/
Ton bb a l'air d'avoir besoin d'affection. Je lui donne donc un câlin. C'était gratuit :3
Revenir en haut Aller en bas
Hildegard ÅSTRÖM
Hildegard ÅSTRÖM
Hildegard ÅSTRÖM
Élève - Goanna
Mar 20 Aoû - 17:10
Messages : 921
Points : 1799
feat : Erina Nakiri (Food Wars!)
Age : 18
Métier / Options / Orientation : Options : Soin aux créatures magiques et divination.

Carnet du sorcier
Ascendance: Sang-Pur
Patronus: Renne.
Baguette Magique: Bois de cèdre, cœur en écaille de salamandre, 27 centimètres, souple.
Élève - Goanna
Re-bienvenue ! Pareil, j'aime les avatars venant de Haikyû!! uwu . Et je lui donne de mon amour aussi *envoie son amour en forme de pétales de fleurs sur Abyss* courage pour la fiche !

_________________
La psychiatrie étudie les faiblesses de l'individu, l'Histoire les faiblesses de l'humanité. - Ft Abyss 1551795959-erina-13
FLAMES FROM SWEDEN ❄️ !

(thanks Leith pour l'avatar La psychiatrie étudie les faiblesses de l'individu, l'Histoire les faiblesses de l'humanité. - Ft Abyss 1005256126)
Revenir en haut Aller en bas
Rémi B. D'ARAGON
Rémi B. D'ARAGON
Rémi B. D'ARAGON
Monde - Sorcier
Mar 20 Aoû - 23:55
Messages : 10
Points : 63
feat : Hubert - Fire Emblem
Age : 39
Métier / Options / Orientation : Physiothérapeute magique

Carnet du sorcier
Ascendance: Sang-Pur
Patronus: Un kraken.
Baguette Magique: Tilleul argenté, crin de kelpy, rigide.
Monde - Sorcier
Un autre préparateur physique La psychiatrie étudie les faiblesses de l'individu, l'Histoire les faiblesses de l'humanité. - Ft Abyss 1058229163
Né moldu La psychiatrie étudie les faiblesses de l'individu, l'Histoire les faiblesses de l'humanité. - Ft Abyss 1058229163 La psychiatrie étudie les faiblesses de l'individu, l'Histoire les faiblesses de l'humanité. - Ft Abyss 1058229163
Déteste le Quidditch La psychiatrie étudie les faiblesses de l'individu, l'Histoire les faiblesses de l'humanité. - Ft Abyss 1058229163 La psychiatrie étudie les faiblesses de l'individu, l'Histoire les faiblesses de l'humanité. - Ft Abyss 1058229163 La psychiatrie étudie les faiblesses de l'individu, l'Histoire les faiblesses de l'humanité. - Ft Abyss 1058229163

Mais le pire:  "Vieil homme de 35 ans"
...
*en a 37*

:èOé: :èOé: :èOé: :èOé: :èOé: :èOé: :èOé: :èOé: :èOé: :èOé:

(bon courage pour la fin de la fiche !)

_________________


[...] Il sait pleurer si doucement

Dans la prière du violon,
Il fait peur quand on le devine
Sur une lèvre encore inconnue ☾ Anna Akhmatova.

Moodboard:
 
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Invité
Jeu 22 Aoû - 22:28
Merci à vouuus ♥

Ohohoh, on va se parler toi et moi Rémi ♥
Revenir en haut Aller en bas
Nova BURNUM
Nova BURNUM
Nova BURNUM
Personnel
Sam 24 Aoû - 18:45
Messages : 307
Points : 96
feat : Kikloh - DocWendigo
Age : 39
Métier / Options / Orientation : Directrice de Tjukurpa

Carnet du sorcier
Ascendance: Sang-Pur
Patronus: Mygale
Baguette Magique: Bois d'Acacia, Cheveux de Vélane, 28cm, Rigide
https://tjukurpa.forumactif.com
Personnel
Félicitations !☆
☆ Tu es validé !
Mon dieu, mais son histoire est TELLEMENT triste. ): Et pourtant comme toujours j'ai adoré te lire. Amuse toi bien avec ce nouveau personnage ♥

☆ La suite...
Rien de bien compliqué en soi. Les étapes habituelles un peu administrative avant de s'adonner uniquement au RP ♥

☆ Sur Tjukurpa, il n'y a pas dix endroits où tu dois aller recenser les avatars, les métiers, etc. Il n'y en a qu'un seul : le recensement global.
☆ Une fois que tu as recensé tout ce qu'il faut, tu peux préparer ton topic de vie scolaire ainsi que choisir tes avions en papier ou ton téléphone portable.
La partie administrative est terminée ! Tu peux maintenant demander un rp ! N'hésite pas à passer dans les sujets de vie scolaire des autres pour demander des liens ou voir ce qu'ils proposent ;)
☆ Tu peux utiliser le compte PNJ si tu as besoin pour l'avancée de tes personnages, voici les identifiants qui te permettrons d'y accéder.

☆ Pour finir, je t'invite à rejoindre le discord du forum ! Il remplace la chatbox à 100% et te permettra de dialoguer avec le staff mais également avec les autres membres.

Je crois qu'on a fait le tour alors... encore bienvenue parmi nous ! ♥
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers: