France, 1999 — Do you believe in life after love — Neel

 :: Mapple Town :: World :: Reste du monde Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Rémi B. D'ARAGON
Rémi B. D'ARAGON
Rémi B. D'ARAGON
Monde - Sorcier
Ven 6 Sep - 22:17
Messages : 10
Points : 63
feat : Hubert - Fire Emblem
Age : 39
Métier / Options / Orientation : Physiothérapeute magique

Carnet du sorcier
Ascendance: Sang-Pur
Patronus: Un kraken.
Baguette Magique: Tilleul argenté, crin de kelpy, rigide.
Monde - Sorcier

❝ there's such a sad love
Un long soupir s'échappa de sa poitrine contre laquelle il tenait serrait un bouquet de pensées blanches. Il ne savait pas si elle appréciait ce type de fleurs. À vrai dire il ne savait même pas si elle aimait les fleurs tout court mais elles symbolisaient l'admiration et l'espoir d'une longue relation ce qui lui paraissait plutôt approprié pour pour la situation. Lui aurait apprécié qu'on lui offre des fleurs, alors après tout pourquoi pas elle ? Pour se donner du courage, il repensa aux yeux de Magnus dont les siens partageaient et l'éclat et la couleur. Allez Rémi, tout va bien se passer.

Il la trouva assise sur un des bancs des jardins d'école, entourée de végétation, un air serein sur le visage. Peut-être était-ce du à la lumière douce des dix-huit heures qui sonnaient tout juste mais elle lui rappelait un tableau préraphaélite. Elle était jeune, élégante et indéniablement jolie mais elle avait également un charisme fou qui la distinguait de ses pairs. Une touche de bravoure, un soupçon d'impétuosité. Quelque chose d'un peu fougueux mais jamais brutal, à l'opposé de son jumeau, plus tumultueux, plus sauvage. Nul doute qu'elle était la digne héritière des Van Eijk. Elle était vraiment rayonnante. Et pourtant Rémi ne l'aimait pas. Ne l'aimerait probablement jamais.

▬ Bonjour Neel. La salut-il, la voix assurée, un sourire confiant aux coins des lèvres. Ce jour-là, il se donnait des airs de douceur dans son uniforme parfaitement repassé, déjà imposant malgré ses tout juste dix-sept ans. Il lui fallait faire patte blanche, laissait tomber le masque de froideur pour en revêtir un peu plus attrayant et se glisser dans la peau du galant jeune homme. Le viril, le brave, le bel amoureux parfait et rêvé dont lui-même avait toujours rêvé.

Il s'assit délicatement près d'elle, admiratif de la trouver désormais adolescente et non plus enfant. Ils étaient loins les dîners de famille Van Eijk et d'Aragon où elle était assise au bout de la taille, pas plus haute que trois pomme, collée à Magnus, formant un drôle de couple de bambins siamois aux joues roses et aux boucles blondes. La parfaite représentation des poupées qu'on offrait aux petites filles avait désormais mué en beauté juvénile, pas encore toute à faite formée mais suffisamment mûre pour révéler ses premiers charmes. Il se demanda lui-même s'il avait changé à ce point et si elle le remarquerait. Lui avait toujours été cette grande perche sombre et pâle, tiré à quatre épingles et figé dans une expression sévère. Dans ses souvenirs il avait toujours eu une certaine notoriété envers la gente féminine, du moins celle qui avait un penchant pour ses airs mystérieux et l'intelligence redoutable et calculée avec laquelle il maniait tant les mots que les sortilèges. Ceci dit Bastien se moquait toujours de sa rigidité, lui disait que les donzelles en avaient plus après son titre et sa fortune qu'à sa personne mais il préférait ne pas trop y penser. Après tout, étant indifférent - bien qu'admiratif, aux atouts de Neel, il aurait été mal placé pour les critiquer bien qu'il devait avouer avoir toujours trouvé un malin plaisir à sèchement repousser leurs avances.  

▬ Tu es resplendissante. Il s'imaginait adresser le même compliment à Magnus et cette pensée le fit rougir. Il avait honte de ressentir de l'attirance pour son frère mais aussi de feindre cette même attirance envers elle. Je suis surpris que Magnus t'ait laissée seule. Il lui tendit le bouquet tout en faisant attention à la regarder dans les yeux : Même si c'est une excellente chose pour moi puisque cela fait longtemps que je voulais t'offrir ces fleurs. Calculant parfaitement le rythme de ses phrases, pesant chacun de ses mots, il détourna le regard et prit des allures de rêveur attendri : À vrai dire, cela fait longtemps que je voulais te dire quelque chose sans jamais trouver ni le courage, ni la bonne occasion...

_________________


[...] Il sait pleurer si doucement

Dans la prière du violon,
Il fait peur quand on le devine
Sur une lèvre encore inconnue ☾ Anna Akhmatova.

Moodboard:
 
Revenir en haut Aller en bas
Neeltje VAN EIJK
Neeltje VAN EIJK
Neeltje VAN EIJK
Personnel
Sam 7 Sep - 2:49
Messages : 32
Points : 300
feat : Haruka Tenoh ⋄ Sailor Moon
Age : 36
Métier / Options / Orientation : Professeure de musique magique

Carnet du sorcier
Ascendance: Sang-Pur
Patronus: Masse incorporel
Baguette Magique: Charme ▿ Épine de monstre du Fleuve Blanc ▿ 30,6 cm, souple et fine
https://www.pinterest.fr/Illuminatiboy/oc-neeltje/
Personnel

do you believe in life after love ; ft. rémi
si il y avait bien une chose qui emplissait son coeur de bonheur à chaque fois qu’elle se retrouvait seule, c’était sans aucun doute le fait de pouvoir manger à sa faim les sucreries envoyées depuis son pays natal. grand-maman van eijk savait combler sa petite fille de bonheur en lui envoyant ce genre de colis et à cet instant précis, tout ce dont désiré neel, s’était de pouvoir déguster ses douceurs sans être interrompu par magnus. ce filou, disparu dieu seul savait où, courait certainement à cette heure-ci dans les couloirs, à manigancer son prochain méfait et neel profitait de ce moment de repos dans les jardins de beauxbâtons pour souffler un peu, alléger la pression. elle savait pertinemment ce que dirait son père, qu’une jeune demoiselle comme elle ne devrait pas manger autant, qu’il aurait fallu qu’elle étudie plus à la place. et encore, elle devait se perfectionner, devenir aussi meilleure qu’elle ne l’était déjà. elle soupira rien qu’à entendre la voix de son paternel résonnait dans son esprit, croquant bruyamment dans un bonbon pour le chasser.

ses cheveux, nettement coiffés en arrière dans un parfait chignon, marquaient sa présence dans l’endroit, comme la lumière d’un phare dans la nuit. neel se lappa l’index avant d’attraper une mèche blonde dissidente, l’attachant dans l’ensemble de boucles. son uniforme bleu, aussi propre qu’au premier jour, lui donnait un air de demoiselle bourgeoise, gentille et délicate. elle passa une main sur le pan de sa robe pour se débarrasser d'une brindille d'herbe, elle était méticuleuse comme à son habitude, et cela se voyait dans sa manière d'être et de paraître. à travers le décor floral, neeltje se sentit étonnamment bien, il n’y avait personne pour venir lui rappeler comment se comporter, ou comment parfaire ses leçons. pourtant, elle n’était pas comme magnus, à saisir la moindre occasion de se laisser à la paresse. non neeltje était… comme une statue. elle ne pouvait s’empêcher de transmettre une image propre d’elle-même, figée dans le temps, fidèle à son poste.

un bruit à ses côtés la sortit soudainement de ces pensées et quand elle tourna la tête, elle fut surprise de voir le mystérieux rémi d’aragon, un bouquet de fleurs dans les mains. refermant la boîte à sucreries qu’elle plaça à ses côtés, neel se passa rapidement le pouce sur les lèvres pour y ôter des miettes de confiseries, puis se redressa, le dos droit, les mains jointes sur ses jambes. la posture parfaite de la jeune écolière disciplinée. “Rémi, bonjour, quelle surprise de te voir ici, je te pensais avec Bastien.” un fin sourire, son accent résonnait délicatement dans sa voix, bien que cela fît quelques années qu’elle était ici, son français n’avait jamais été parfait, quelques étourderies encore, c’était une langue si compliquée. mais pourtant, cela lui donnait un certain charme. se raclant discrètement la gorge, elle observa avec une curiosité enfantine le jeune homme qui vint s’asseoir sur le banc, comme à son habitude il était plein de charme et distinction, le chevalier de ses dames qui faisait chavirer les cœurs avec son regard ténébreux. elle connaissait si bien rémi et pour être tout à faite honnête, elle lui enviait quelque chose. c'était sa carrure, son style, son élégance. ils avaient beaux avoir passés leur plus jeunes années ensembles, neel voyait aujourd'hui face à elle un jeune homme attentionné, différent de ses souvenirs.

quelque chose lui brûla alors les joues quand elle entendit le compliment du jeune d’aragon, détournant le regard. ses joues se rosirent d'une certaine teinte. “C’est… gentil.” si elle avait été touché par ses mots ? un peu, elle avait eu l’habitude avec certains garçons de l’école. mais pour une étrange raison, elle les avait tous repoussés. pour le coup, rémi était différent des autres garçons, c’était un ami proche qui la connaissait assez pour savoir qu'il n'avait pas besoin de prendre une pareille attitude en sa présence. neeltje trouva alors son comportement anormal. “Oui il, hm… il doit être quelque part, on est censés se retrouver plus tard.”

au moment de recevoir les fleurs aux creux de ses mains, neel regarda avec étonnement son ami, ne s’attendant certainement pas à un geste pareil, en sachant surtout que beaucoup de filles lui couraient après en rêvant de recevoir des fleurs, pourquoi subitement elle ? humant pendant une seconde le parfum agréable des fleurs, neel posa le bouquet contre ses cuisses, souriante. “C’est très aimable de ta part. Elles sont magnifiques.” sa curiosité ne faisait que s’accroître, neeltje plissa les yeux d'incompréhension, jusqu'à soudainement se rendre compte de quelque chose, ce qui provoqua chez elle un sentiment désagréable qui lui pinça le cœur. rémi était-il comme tous les autres garçons, à venir la courtiser ? il n’avait pas d'intérêt dans tout cela. à moins que… scrutant du coin de l’oeil rémi, la jeune van eijk se demandât subitement si leurs familles respectives avaient un lien avec tout ceci. des souvenirs enfouis firent rapidement surface, elle revit sa mère parlait de la famille d’aragon et ô combien ils étaient de charmantes personnes. il était vrai qu’ils l’étaient et rémi ne dérogeait pas à cette règle, mais pour le coup, elle pria tous les dieux qu’il n’était pas là pour la raison à laquelle elle pensait. c’était son ami et elle espérait au fond d’elle qu’il le reste. pourtant, elle ne voulait gâcher le moment, par simple politesse elle fit mine de ne pas comprendre ce qui se passait. neeltje posa alors délicatement une main contre l'avant-bras du jeune sorcier et prit une voix rassurante. “Je t’écoute, Rémi. Tu sais bien que tu peux tout me dire.”

Revenir en haut Aller en bas
Rémi B. D'ARAGON
Rémi B. D'ARAGON
Rémi B. D'ARAGON
Monde - Sorcier
Mar 10 Sep - 1:11
Messages : 10
Points : 63
feat : Hubert - Fire Emblem
Age : 39
Métier / Options / Orientation : Physiothérapeute magique

Carnet du sorcier
Ascendance: Sang-Pur
Patronus: Un kraken.
Baguette Magique: Tilleul argenté, crin de kelpy, rigide.
Monde - Sorcier

❝ there's such a fooled heart
Il aimait son charmant petit accent hollandais, la finesse de ses mains aux longs doigts graciles, l'harmonie délicate des traits de son visage et trouvait même adorables les quelques petites miettes de sucre qui perlaient au coin de ses lèvres. Mais il avait beau être assis près d'elle, il la voyait de loin, la chérissait à distance. Sans désir particulier, sans l'espoir d'une quelconque réciprocité. Il l'aimait comme une enfant, peut-être même comme une soeur. Et Rémi, lui qui n'était pas encore adulte, se consolait en se disant que sans doute était-ce ça l'Amour, le vrai avec un grand A, le pur, celui qui transcende la chair et traverse les épreuves du temps. Celui qui serait digne d'une union gravée dans la pierre. Pas comme les amourettes avec Bastien ou les œillades lancées à Magnus. Des bêtises d'adolescents qui ne produiraient jamais d'héritiers, qui ne ramèneraient aucune gloire et aucune fierté, loin de là.
Mais dans le fond, lui-même savait qu'il se fourvoyait. Et il aurait beau se voiler la face avec ferveur, rien n'effacerait la bassesse de ses desseins : s'accaparer le titre des Van Eijk pour renforcer sa lignée. Tel était le destin d'un Aragon car le prix de la noblesse s'était toujours payé dans le sang. Et le jour où ses aïeux viendraient collecter leur dû approchait à pas aussi feutrés que les embrassades échangées avec Bastien. En parlant du loup :

▬ Tu connais Bastien, il est à son entrainement de Quidditch. Le Quidditch, le Quidditch il n'a que ça dans le crâne. Répondit-il avec une pointe d'amertume dans la voix car il enviait l'insouciance du Deslauriers qui n'avait que faire des attentes de sa famille. À croire qu'à califourchon sur son balai, à voltiger dans les airs en comète à travers les nuages, elles semblaient bien lointaines les obligations de l'aristocratie.
Au moins il n'est pas en train de commettre une énième idiotie comme Magnus.

Rémi déglutit. Elle écoutait. Quoi donc ? À quel point lui non plus ne voulait pas de ça ? Que son coeur ne chantait que pour Bastien quand sa morale lui dictait un discours tout inverse ? Que ses pensées étaient toutes tournées vers Bastien lorsque que sa raison lui pointait un chemin tout autre ? Ah Neel, tu n'as beau avoir que deux ans de moins, deux ans c'est une éternité quand on a quinze et dix-sept ans. Il aurait aimé vraiment, réellement, véritablement pouvoir tout lui dire mais comment pourrait-il même l'envisager alors qu'il n'avait pas les mots pour qualifier la dichotomie entre son devoir et sa passion qui à tout petit feu le rongeait un peu plus de l'intérieur. Et quand bien même il trouverait les termes appropriés, jamais il n'aurait eu la bravoure de se confesser, de mettre à nu un amour si cru, si jeune, si inapproprié pour son sexe, son rang, son âge. Non il fallait étouffer l'étincelle, écraser l'espoir d'un grand coup sec avant que la flammèche ne devienne incendie, quitte à s'en noyer dans le céruléen des yeux de l'hollandaise et de les entrainer tout les deux vers le fond. Toutes les peines de coeur du monde valaient mieux que le déshonneur.

Alors Rémi se tut. Rémi reprit le beau discours qu'il s'était cent fois entrainé à répéter. Bon acteur, piètre soupirant :

▬ Hé bien Neel. Tu me connais tu sais que je n'aime pas passer par quatre chemins. Il vint poser une main sur la tienne. Elle était tiède. Ou bien était-ce lui qui avait les paluches froides. J'ai des sentiments pour toi. J'aimerais que tu sois ma petite amie.

La fausseté de ses paroles résonnèrent en échos douloureux dans ses tympans. Ça sonnait pourtant mieux dans son imagination. Moins sec. Plus romanesque. Il retira sa main, la porta à son front en baissant les yeux, grommela en secouant la tête :

▬ Je suis navré, je conçois que c'est assez brutal comme déclaration mais j'ai bien peur que faire l'étalage de mon affection n'a jamais été mon fort.

Cet émoi - aussi creux pouvait-il être, cette vulnérabilité lui paraissait abjecte, vulgaire. Rémi était le marbre, était le pilier de sa génération : robuste, froid et lisse. Parfait. Envers et contre tout.

▬ Tu n'es pas obligée de répondre. Enfin pas maintenant. Mais sache que tu comptes beaucoup pour moi et quelle que soit ta décision j'aurais toujours de l'attachement pour toi.

Il avait non sans effort réprimé les tremblement de sa voix. Car c'étaient des craquelures qui grouillaient sous son vernis.

_________________


[...] Il sait pleurer si doucement

Dans la prière du violon,
Il fait peur quand on le devine
Sur une lèvre encore inconnue ☾ Anna Akhmatova.

Moodboard:
 
Revenir en haut Aller en bas
Neeltje VAN EIJK
Neeltje VAN EIJK
Neeltje VAN EIJK
Personnel
Mer 11 Sep - 8:29
Messages : 32
Points : 300
feat : Haruka Tenoh ⋄ Sailor Moon
Age : 36
Métier / Options / Orientation : Professeure de musique magique

Carnet du sorcier
Ascendance: Sang-Pur
Patronus: Masse incorporel
Baguette Magique: Charme ▿ Épine de monstre du Fleuve Blanc ▿ 30,6 cm, souple et fine
https://www.pinterest.fr/Illuminatiboy/oc-neeltje/
Personnel

do you believe in life after love ; ft. rémi
rémi était un homme passionnant mais réservé, neeltje ne pouvait s'empêcher de le voir comme un de ces grands acteurs dramaturges et elle aurait pu espérer que tout cela était une mise en scène. une blague de magnus dans laquelle rémi s'était laissé emporter mais non, rémi avait trop de fierté pour prendre part à ces jeux ridicules dont magnus raffolait tant. les deux hommes étaient différents sur bien des points mais au fond d'elle-même, neel les aimait tout autant. elle appréciait à la fois la fougue de magnus et le calme de rémi, à ses yeux ils restaient les deux personnes sur lesquelles elle pouvait compter quand ça n'allait pas, pouvoir se reposer sur eux, se confier sur certaines choses. mais quand rémi posa sa main contre la sienne, elle haussa les épaules de surprise tandis que son cœur se serra, s'emballant dans un tambourinement qui aurait pu éveiller le jardin. oh rémi...

et pourtant. ses yeux se détournèrent vers le bouquet qu'il lui avait offert, posant délicatement une main dessus pour venir caresser les pétales. si ses parents avaient été présents, ils auraient pu bondir de joie, la poussant sans hésiter une seconde dans les bras de ce d'aragon. cela pouvait leur offrir l'opportunité de signer une meilleure entente entre les deux familles, tisser de meilleurs liens comme ils avaient toujours su faire; les van eijk n'avaient aucune honte de leur fierté d'avoir la meilleure descendance possible, aussi pur que n'importe quelle autre famille. et ça, neeltje ne pouvait y échapper. elle savait que son jour viendra, celui de perpétuer la lignée, de faire briller le nom. elle et magnus y avait été préparé depuis la naissance. alors en voyant aujourd'hui rémi lui faire sa déclaration, neeltje se sentit désorientée, confuse. effrayée de la décision à prendre.

une voix dans sa tête lui répéta en boucle de faire le bon choix, celui que l'on espérait d'elle. cela pouvait être le début d'une grande aventure amoureuse, d'un avenir certain et plein de richesses. papa avait été fier en lui annonçant qu'un jour, elle se marierait au meilleur des sorciers, aurait un emploi au ministère et que sa lignée pouvait être assurée grâce à elle et magnus. mais il ne se doutait pas qu'un jour, neel y songerait autrement. elle se força tout de même. se força à regarder rémi d'aragon droit dans les yeux sans ne laisser percevoir le tremblement de ses mains, ni même de laisser couler ses larmes. et elle se rapprocha un peu plus de son visage jusqu'à finalement venir doucement rencontrer ses lèvres. il lui fallait être sûre. sûre qu'elle n'avait pas de problème avec les garçons, être sûre que tout allait finir par s'arranger. qu'elle était une fille normale.

mais elle se détacha aussitôt quand la sensation du baiser commença à lui déplaire et au moment de reculer, neeltje croisa pendant un instant les yeux de rémi et eut une révélation, qu'elle étouffa sous un hoquet de chagrin. soudainement, une larme perla au coin de ses yeux, suivit d'une autre. "Rémi, je..." elle serra les dents, de honte, de colère, de dégoût contre elle-même. quelque chose clochait chez elle. "Je ne peux pas Rémi, je... je suis désolée..." son visage se détourna pour venir rencontrer le bouquet posé contre elle et sans pouvoir contenir ses sanglots, neeltje se mordit la lèvre inférieure, grattant nerveusement les fleurs. "C-ce n'est pas contre toi mais... je n'y arrive pas, les garçons ils..." elle se désista, elle ne pouvait avouer ce qui lui pesait sur le cœur depuis un moment déjà. ce n'était pas prudent, rien ne l'était, pas même magnus n'était au courant. "Ce n'est rien, je devrai probablement y aller. Je suis sincèrement désolée, tu... tu trouveras sûrement mieux que moi." son regard commença alors à se brouiller sous les larmes et ne pouvant supporter plus de cette situation dérangeante, neel se leva précipitamment en emportant avec elle ses affaires, rouge de honte, terrifiée par sa propre personne.

Revenir en haut Aller en bas
Rémi B. D'ARAGON
Rémi B. D'ARAGON
Rémi B. D'ARAGON
Monde - Sorcier
Jeu 19 Sep - 1:25
Messages : 10
Points : 63
feat : Hubert - Fire Emblem
Age : 39
Métier / Options / Orientation : Physiothérapeute magique

Carnet du sorcier
Ascendance: Sang-Pur
Patronus: Un kraken.
Baguette Magique: Tilleul argenté, crin de kelpy, rigide.
Monde - Sorcier

❝ as the world falls down
Silence. C'est fait. Un ange passa. C'est dit. Une seconde aussi, puis deux, puis trois. Tout est gâché. Elles semblaient durer une éternité.
Le regard de Rémi soutenait celui de Neel, guettant une réaction, cherchant une réponse, un indice, une bouée de sauvetage dans tout ce bleu immense et impeccable. Était-elle déçue, ravie, dégoûtée, surprise, indifférente aux aveux de Rémi ? Comment savoir, anticiper, préparer une réponse, des excuses, une fuite en avant, un second rendez-vous, des adieux ? L'incertitude lui flottait au dessus de la tête, si lourde et si sombre, comme une épée de Damocles appuyée contre sa nuque. Et c'était le souffle coupé, figé, perdu, que Rémi attendit, suspendu à ses lèvres. Et ses lèvres, oh ses lèvres ! Elles vinrent rencontrer les siennes ! Tout s'accéléra, des battements de son pouls aux tremblements de sa belle.

C'était donc ça d'embrasser une femme. Il ferma les yeux. Quelle drôle de sensation. Elle sentait bon. Elle avait encore le goût du sucre sur la bouche. Et pourtant ça lui déplut. Il n'aurait pas su dire exactement pourquoi. Était-ce parce que c'était Neel ? Ou parce que ce n'était pas Bastien ? Ou parce que ce n'était pas un homme ? ou même les trois à la fois ? Passée la surprise, ce fut de la confusion qui s'empara de Rémi. Alors qu'il levait le bras pour se détacher, Neel se retira et il crut apercevoir des perles au coin de ses yeux. Soudain ce fut l'océan tout entier qui déborda et des perles apparurent des vagues, puis des vagues naquit la tempête et sans que Rémi n'ait eu le temps de réagir ce fut une douche froide qui lui tomba dessus quand il se retrouva seul, penaud, face à une adolescente en train de sangloter. D'instinct, il s'avança pour l'éteindre mais elle se déroba à lui, confessant entre deux pleurs « ne pas y arriver » avec les garçons.

Oh Neel. Son coeur se serra. Il comprit immédiatement. Ce fut sans grande peine qu'il la rattrapa. Il lui avait suffi d'un bond et de quelques enjambées pour franchir la distance qui les séparait et ce fut par le bras qu'il l'agrippa, doux et ferme à la fois.

▬ Neel... Il ne sut quoi dire, quoi faire pour épancher l'orage, assécher le déluge. Lui-même était saisi par l'émotion, si bien que ses doigts autour du poignet de l'hollandaise se mirent à trembler. Tout ce qu'il savait c'est qu'il voulait la voir sourire. Pardon, je suis si désolé.

Le doute, la honte, la culpabilité l'assaillirent. Avait-il bien entendu ? Souffrait-elle de la même affliction que lui. Était-ce sa faute ? Son influence ? L'infamie était contagieuse ? Et Rémi tout entier tremblait. De chagrin. De rage. De savoir qu'elle était comme lui. Impropre. Marquée par le mauvais penchant, vouée à devoir choisir entre la disgrâce et la solitude. Lui voudrait juste la savoir heureuse, épanouie. Et comment l'être dans une famille, dans un monde où les gens comme eux devaient vivre cachés ? À cet instant T Rémi souhaiterait embraser la planète toute entière pour avoir fait l'affront de faire pleurer Neel. Il s'immolerait volontiers le premier pour éteindre les éclats humides de ses iris. C'était une chose de supporter la tourmente, une autre d'apprendre qu'un être cher vivait le même enfer que lui. Et ça, il ne le tolérait pas.

▬ Je t'en prie... c'est pas grave, c'est ma fau - je, désolé. Il balbutiait, chose qui ne lui ressemblait pas. Sa mâchoire se serra. Il cherchait toujours quoi dire et les mots finirent par glisser d'entre ses dents. Ne pleure pas. Le français baissa la tête, répéta, faiblement : Ne pleure pas, sinon moi je vais pleurer aussi.

Tant d'efforts pour une si piètre mascarade, pour avoir toujours maintenu un masque de calme et d'affabilité, de figure inébranlable, épaisse pour mieux cacher la faille, le vide abyssal que contenaient toutes ces tares. Le masque tombait.
Déjà les yeux verts de Rémi débordaient de larmes.

_________________


[...] Il sait pleurer si doucement

Dans la prière du violon,
Il fait peur quand on le devine
Sur une lèvre encore inconnue ☾ Anna Akhmatova.

Moodboard:
 
Revenir en haut Aller en bas
Neeltje VAN EIJK
Neeltje VAN EIJK
Neeltje VAN EIJK
Personnel
Mer 2 Oct - 1:10
Messages : 32
Points : 300
feat : Haruka Tenoh ⋄ Sailor Moon
Age : 36
Métier / Options / Orientation : Professeure de musique magique

Carnet du sorcier
Ascendance: Sang-Pur
Patronus: Masse incorporel
Baguette Magique: Charme ▿ Épine de monstre du Fleuve Blanc ▿ 30,6 cm, souple et fine
https://www.pinterest.fr/Illuminatiboy/oc-neeltje/
Personnel

do you believe in life after love ; ft. rémi
à ce moment précis, tout ce que désirait la jeune néerlandaise était de disparaître, loin, à un endroit  où nulle personne ne pouvait la trouver. son regard se brouilla sous les larmes et ses sanglots étaient vainement retenus, elle frotta ses yeux déjà irrités, se mordant les lèvres pour ne pas laisser paraître sa tristesse. mais sous cette forte émotion, neel se sentait faiblir et ses jambes peinaient à supporter son poids, elle aurait pu s’effondrer d'une minute à l'autre. mais alors que la décision de transplanter à un endroit où elle se savait seule germa dans son esprit, une main la retenue soudainement pour l'arrêter dans sa fuite. mais elle n'osa regarder en face rémi, accabler par la honte, le visage rougi par les larmes.

ses yeux rivés au sol et ses épaules tremblantes, neel secouaient nerveusement la tête, arrivant à peine à prononcer un mot correct entre deux sanglots. "N-non ne t'excuse pas, c-c'est ma faute, je n'aurai pas dû..." elle avait beau avoir quinze ans, à ce moment précis neel ressemblait à une enfant à qui l'on avait fait de la peine et qui ne pouvait s'arrêter de pleurer. mais pour rien au monde elle n'en voulait à rémi, ce n'était pas lui. elle en voulait à elle-même de paraître aussi idiote et naïve, aussi problématique et incapable de raisonner comme une adulte. elle en voulait à ces conventions qui la poussait à être normale, à suivre un chemin auquel elle se savait incapable de suivre. allait-elle finir seule, sans personne à aimer et sans héritage ? elle voyait déjà le regard de son père plein de haine envers elle, envers cette enfant qui avait refusait d'être la fille parfaite. et cette image la rongeait jour après jour, la forçant à étouffer des désirs, des rêves, des envies qui auraient pu la salir elle et son nom.

ses bras flageolaient sous la pression des mains de Rémi, elle releva peu à peu son regard pour venir rencontrer les yeux émeraude yeux de son ami. Une émeraude remplie de larmes qui soudainement, la firent tût. neel resta bouché-bé pendant un instant, tandis que les dernières larmes roulèrent sur ses joues pour venir s'écraser contre sa robe. elle ravala un sanglot, cessant de tressaillir, avant de venir prendre les mains de rémi dans les siennes. "Rémi... s'il te plaît, ce n'est pas de ta faute. Rien ne l'est. " Une de ses mains vint alors doucement, presque de manière timide, se posait sur la joue de son ami pour le forcer à relever les yeux vers elle. Ses yeux humides l'observèrent avec une certaine compassion, elle ne l'avait jamais vu pleurer. Jamais.

Et à cet instant précis, elle se savait en sécurité à ses côtés lui, avec cet homme qui visiblement cachait une facette qui lui était inconnue. D'une manière docile elle s'avança pour venir le prendre dans ses bras, collant sa tête contre une épaule. "Je suis désolée, si tu savais à quel point je m'en veux... Je n'aurai pas dû, j'ai été stupide, j'ai franchi une frontière que je n'aurai pas dû. Par curiosité, pour me convaincre de quelque chose, j'ai outrepassé ta limite. Je m'en veux Rémi, excuse-moi..." ses mains se resserrèrent peu à peu dans le dos du jeune homme, ses doigts se mirent à blanchir sous la pression et elle le tenait comme si elle avait peur de le voir disparaître. Mais elle ne l'en aurait jamais voulu, elle s'attendait à ce qu'il disparaisse d'une seconde à l'autre sans se retourner.

ses bras se détachèrent de lui et, dans un dernier reniflement, neel vint remettre une de ses mèches blondes derrière une oreille, se reculant un peu de rémi pour le laisser respirer. une certaine gêne s'installa alors dans le cœur de la demoiselle et elle détourna le regard. "Hmm... et si on allait faire un tour ? Histoire de... discuter ?" elle ne savait à quoi s'attendre, à se livrer à lui d'une manière qui lui était nouvelle, de se confier sur certaines choses. Elle voulait parler à Rémi et elle désirait qu'il fasse pareil, à comprendre ce qui l'avait réellement poussé à faire ça. "Après je peux comprendre que tu n'as pas envie ou pas le temps... Bastien doit sûrement t'attendre."


_________________
France, 1999 — Do you believe in life after love — Neel 1569471393-1 maybe this time i can be strong.

⋆ moodboard (by rémi):
 
Revenir en haut Aller en bas
Rémi B. D'ARAGON
Rémi B. D'ARAGON
Rémi B. D'ARAGON
Monde - Sorcier
Dim 6 Oct - 17:44
Messages : 10
Points : 63
feat : Hubert - Fire Emblem
Age : 39
Métier / Options / Orientation : Physiothérapeute magique

Carnet du sorcier
Ascendance: Sang-Pur
Patronus: Un kraken.
Baguette Magique: Tilleul argenté, crin de kelpy, rigide.
Monde - Sorcier


❝ Tell me now of the very souls that look alike
Leurs regards se croisèrent, brillants tout deux de larmes. Depuis combien d'années s'était-il interdit de pleurer devant quelqu'un ? Il avait arrêté de compter. Et pourtant, au contact des mains blanches de son amie contre les siennes, Rémi s'était senti étrangement rassuré, au point qu'il l'avait laissée effleurer sa joue et plonger ses yeux dans les siens. Percé à jour dans sa tendresse, le français ne bougea pas, ne répondit pas, cédant au geste d'affection de Neel qui sans doute pour la première fois le voyait dans toute son entièreté de jeune homme aussi stoïque que sensible. Car Rémi pleurait oui, avec cet air théâtral des statues de marbre car si des perles se formaient aux coins de ses yeux et venaient mourir le long de ses mâchoires, tout le reste de son faciès restait figé. C'étaient des sanglots pudiques, impeccables, presque factices qui roulaient sur ses pommettes. Une pluie timide d'automne quand on aurait pu s'attendre à un orage impétueux d'été puisque ça aurait peut-être été l'occasion de tout laisser déborder. Rémi avait de la retenue même dans son chagrin, même dans sa vulnérabilité. Mais du chagrin naquit un arc, l'esquisse d'un sourire, tendre, aussitôt étouffé par l'étreinte.  

▬ Aha et si on se mettait d'accord pour dire que nous sommes tout les deux des idiots et qu'on arrêtait de s'excuser ? Soupira-t-il en posant à son tour ses bras autour de sa taille, savourant l'instant, la chaleur du corps de Neel contre le sien, le bruit saccadé de leurs respirations qui petit à petit ralentissaient. Pas besoin de mots, pas besoin de plus car chaque battement du coeur de Neel criait son affection et même ses doigts crispés dans son manteau trahissaient son attachement. Et tout était réciproque et Rémi en se faisant faire, en se laissant voir, soudainement affectueux, véritablement sensible, lui rendait tout son dévouement à sa façon.

Alors que séchaient ses larmes, il remarqua que la silhouette de Neel n'était plus aussi fluette qu'autrefois mais en l'écoutant se confondre en excuses, il se dit qu'elle restait toujours une enfant. Une enfant avec une sacré poigne :

▬ Neel tu m'écrases. Souffla-t-il avec un léger rire avant d'enchainer lorsqu'elle le relâcha : On t'a déjà dit que tu étais à couper le souffle ? Déjà à nouveau cynique, les iris étincelant de sanglots à demi taris. Sortant un mouchoir brodé en tissu de sa poche, il le tendit à l'hollandaise tout en hochant la tête, un sourire sincère au coin des lèvres : Bastien peut toujours attendre, tu sais que j'aurais toujours du temps pour toi. Et puis concrètement Bastien devait toujours être en train de courir après ce maudit vif d'or.

Il lui tendit la main en bon gentleman qu'il était, et ce fut bras dessus bas dessous que les deux s'enfoncèrent dans les jardins de Beauxbatons sous la lueur déclinante du jour. Nul doute que d'un point de vue extérieur la scène paraissait indubitablement romantique quand en réalité si amour il y avait, la romance s'était définitivement envolée. Et savoir que personne d'autre au monde qu'eux deux ne pouvait comprendre la véritable nature de leurs sentiments emplissait Rémi d'une certaine fierté, comme s'ils partageaient déjà le secret inavouable qu'il était sur le point d'expier :

▬ Tu sais Neel... Se penchant par-dessus son épaule pour mieux venir lui murmurer : Moi je crois que je n'y arrive qu'avec les garçons.

_________________


[...] Il sait pleurer si doucement

Dans la prière du violon,
Il fait peur quand on le devine
Sur une lèvre encore inconnue ☾ Anna Akhmatova.

Moodboard:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers: