Le Deal du moment : -29%
Prix cassé sur le PC portable LENOVO IDEAPAD 3 ...
Voir le deal
499.99 €

Rejoice O young man in thy youth Ft. Ebano DE LUCA

 :: Les vieux livres poussiéreux :: La population de Tjukurpa :: Les fiches validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Ebano DE LUCA
Ebano DE LUCA
Ebano DE LUCA
Personnel
Mer 18 Sep - 16:57
Messages : 9
Points : 59
feat : Rin Okumura - Ao no Exorcist
Age : 29
Métier / Options / Orientation : Professeur de sortilège

Carnet du sorcier
Ascendance: Sang-Mêlé
Patronus: Un renard argenté
Baguette Magique: Bois de charme, Poil de Demiguise, 32,3cm
Personnel
Ebano De Luca
ft. Rin Okumura – Ao no Exorcist

carte d'identité
Nom de famille De Luca, une vieille famille originaire de Florence.
Prénom(s) Ebano, pour la couleur de mes cheveux dès ma naissance. Ou peut-être de mon âme.
Surnom(s) Eb’, ou Eban, le plus couramment.
Ascendance Sang-mêlé. Mon père, un sorcier de grande lignée, s’est entiché d’une moldue des bas-quartiers de Florence qui a rapidement su jouer de l’intérêt qu’il lui portait.  
Age 28 ans
Date et lieu de naissance 15 Avril 1991
Sexualité J’aime les femmes…évidemment !
Métier Professeur de Sortilèges à Tjukurpa
logement Un appartement au dernier étage du Bâtiment de la Nuit, au sein de l’école.
Caractère
Ebano, c’est …
Le Charme, un sourire désarmant et un regard bleu pénétrant. Un minois aux traits presque parfaits surmonté d’une tignasse aussi sombre qu’une nuit de pleine lune. L’ensemble dégage une aura particulière, un magnétisme ténébreux dont il a su jouer à plusieurs reprises.  

L’Insolence, des restes de l’enfance. Garnement agité, adolescent rebellé contre le monde entier et adulte effronté. Toujours une répartie, toujours le dernier mot, sur cet air de mépris plus ou moins dissimulé, qui est loin de faire l’unanimité.

L'Éloquence, beau parleur et excellent orateur, les mots peuvent devenir tout à la fois une arme redoutable ou une véritable caresse entre ses lèvres. Attirer, convaincre, désarmer, charmer ou humilier sont des états qu’il aime provoquer au son de sa voix profonde.

La Manipulation, un physique engageant, une voix et des mots envoûtants et un esprit perçant font un cocktail édifiant pour parvenir à de nombreuses fins. La légilimencie, soumise aux ténèbres de son adolescence, l’a fait chavirer dans une habitude de manipulation dont il tente de se débarrasser plus que tout.

L’Implication, dans tout ce qu’il entreprend et qui lui tient à coeur avec une passion de forcené. Son rôle de professeur à Tjukurpa est plus important que la prunelle de ses yeux et on l’y découvre en excellent pédagogue, dynamique et engagé dans l’apprentissage envers ses élèves. Le monde des sortilèges l’a toujours émerveillé et il s’y est plongé avec conviction, jusqu’à atteindre un niveau d’excellence.  
     
La Paresse, digne d’un vieux chat domestique dont il pourrait avoir les yeux. Ses capacités font de lui un être qui se laisse facilement couler dans la flemmardise et dans l’ennui. Il a un besoin permanent d’être stimulé et intéressé au risque de devenir aussi grognon qu’un vieux gobelin à la retraite.

La Patience, est l’une de ses qualités les plus visibles et peut-être, la plus irritante. Il ne perd que très rarement son calme et ne se montre jamais sous aucun autre aspect que celui du professeur ou sorcier charmant et arrogant. Sa patience fait parfois penser à un félin qui attendrait patiemment le meilleur moment pour croquer sa proie.
     
La Générosité, bien cachée derrière des tonnes de sourires charmeurs, de jolis mots et d’un masque d’arrogance, il n’en reste pas moins un homme qui a beaucoup à donner. Par sa passion enflammée, sa culture surprenante et un amour qu’il n’arrive pas à trouver ou tout simplement à comprendre.

L’Amour des arts, fin gourmet et excellent cuisinier, buveur invétéré de cocktails travaillés et recherchés, amateur particulier de poésie et de peinture, amoureux des livres anciens ou récents. Ses origines italiennes, dans la ville des Arts, l’ont éduqué dès le berceau, aux beautés des diverses expressions artistiques.

Le Secret, ou plutôt SON secret, qui a fait ce qu’il est devenu, qui a terminé de forger cet homme si particulier, aussi détestable que désirable, aussi redoutable qu’aimable. Lui seul en est le détenteur et il s’est juré que jamais personne ne saurait. Pas même sur son lit de mort.
Monde magique
petites questions sur vos caractéristiques

Baguette Magique
Bois Charme
coeur Poil de Demiguise
longueur 32,3cm
caractéristiques Une baguette flexible, qui semble s’adapter très facilement, tout comme son possesseur, à de nombreuses situations. Son utilisation quotidienne et très régulière lui donne un aspect presque vieilli qui témoigne des nombreuses heures de sortilèges qu’elle a subit.  
animal de compagnie
Nom de l'animal J’ai déjà bien assez à m’occuper de moi-même.
Race /
Description physique /
Description moral /
questions en plus
Miroir du Riséd Une silhouette masculine qui me tient la main. C’est à n’y rien comprendre !
Amortentia L’odeur de vieux papier et de bois, le Gin, la bergamote
Patronus Un renard argenté
Epouvantard Une femme enceinte de plusieurs mois, qui me pointe du doigt.
Riddikulus La femme gonfle comme un ballon de baudruche, jusqu’à s’envoler dans les cieux.
don / créature / capacité Ligilimens
biographie
racontez nous votre histoire
"Rejoice O young man in thy youth..."
FLORENCE, Juin 2019

Quelle idée j’avais eu de revenir à Florence en ce début de période estivale. Des touristes. Des touristes partout ! Les vastes étendues australiennes auraient presque pu me manquer à ce moment là, mais au souvenir de la chaleur qu’il y faisait déjà, je n’étais peut-être pas si mal loti ici. Le manoir familial, sur les hauteurs de la ville était un véritable havre de paix et de fraîcheur, malgré les nombreux membres de la famille qui s’y étaient rassemblés pour l’habituelle réunion familiale annuelle. Toute la digne et grandiose lignée de mon père était présente. Oncles, tantes, cousins, cousines, même mon frère avait fait l’honneur de sa présence. Depuis le décès de notre mère, il revenait volontier passer du temps avec notre père. Belle ambiance.

Je m’étais échappé du repas en fin d’après-midi, ressentant le besoin impérial de me retrouver seul et de déambuler dans ma ville natale. Les odeurs des étales me parvenaient des petites rues typiques et colorées, le brouhaha de la foule était dominé parfois par des chants de rues ou des déclamations de quelques poètes amateurs. On se hélait à l’autre bout de l’avenue, on proposait à déguster telle ou telle spécialité. Une ambiance italienne comme j’aimais à la retrouver à chacun de mes retours ici.

“Ebano ? Hé ! Eb’ !”

Je me retournais en attendant ce surnom, que peu de gens me donnaient encore et me figeais sur place. Face à moi, un bel homme de mon âge, les yeux d’un noir profond contrastant merveilleusement avec sa tignasse blonde. Sa main tenait celle d’un petit garçon d’environ 6 ans, dont le regard rappelait les différentes nuances bleutées de la mer. Et ce regard me percuta.

“Come ? Je ne m’attendais pas à te voir à Florence, je te croyais avec Eva en France.”

J’avais repris mes esprits, mais oscillais entre la joie et la gêne de revoir mon meilleur ami. Un sourire aux lèvres, il secoua la tête.

“Je suis venu voir mes parents pour qu’ils profitent d’Enzo.” Il me désigna de sa main libre, la frimousse qui me fixait toujours. “Regarde comme il a grandit, mon fils”.

Ton fils ? Non.


FLORENCE, Avril 1991 - Août 2002

C’est le plus naturellement au monde que je suis venu au monde, dans le manoir familial, à Florence, le 15 avril 1991. Un père sorcier, issu d’une grande et fameuse lignée de sorciers italiens, où se transmettait l’art de l’excellence aristocratique, de la fierté arrogante et de la réussite pompeuse. Une mère moldue, née dans les bas quartiers de la ville, mais trop belle pour ne pas être remarquée par n’importe quel homme, aussi doué de magie soit-il. Une femme simple d’apparence. D’apparence seulement. Car la connaissance du monde magique révéla en elle une véritable harpie, prête à tout pour s’y faire une place et profiter de la renommée et de la fortune de mon père. Elle lui donna deux fils. Hadrian, mon aîné de 2 ans et moi-même. La fierté de notre géniteur n’en était que plus belle mais, estimant avoir fait correctement son travail, notre mère s’employa ensuite à se construire une renommée. Connue autrefois pour sa voix de cantatrice, elle se fit un nom en paraissant aux réceptions familiales où se cotoyaient nombre de grand sorciers. Son orgueil de star grossit en même temps que son succès. Et ses caprices de pseudo-star en même temps. Lorenzo, notre père, en était fou amoureux. Tellement fou, qu’il accédait à ses chacuns de ses désirs et la laissait ramener chez nous, des amants qu’elle trouvait digne de sa personne.

Je grandis dans cette ambiance familiale délétère. A l’aspect pourtant si paisible. Que pouvait-il se passer à l’abri des murs d’un tel manoir, entouré d’argent et de gens importants. Je ne recevais pourtant aucun amour de Maria, notre mère, qui s’était détournée de nous une fois que j’avais vu le jour. Nos plus jeunes années, passées dans cette ignorance que comblait pourtant notre père, nous rapprochèrent, Hadrian et moi. J’avais en lui un frère, mais aussi et surtout, un ami et complice. Un protecteur qui me sauva des foudres de notre génitrice quand, du haut de mes 10 ans, j’avais mis le feu à sa chambre où l’attendait l’un de ses nombreux amants, involontairement mais de haine. Et c’est dans cette colère que mes pouvoirs virent le jour. Ce n’est que quelques jours plus tard, que nous découvrions que j’étais également legilimens, apeuré par la punition que j’allais recevoir suite à cet incident incendiaire. Je priais fort tout ce qui me venait à l’esprit, afin que ma mère oublia ce qu’il s’était passé. Et elle le fit. Pire encore, elle remit en cause la sécurité de la cheminée qu’elle pensait être fautive, comme je l’avais demandé.

Finalement, l’heure de la délivrance sonna quand j’eus enfin l’âge de rejoindre l’école de magie de Beaux-Bâtons, en France et retrouver mon frère qui me manquait terriblement lorsqu’il n’était pas à Florence.


BEAUX-BÂTONS, Septembre 2002 - Juin 2009

Cette nouvelle vie me changea du tout au tout. Je me souviens que, du petit garçon plein de colère et de peur que j’étais, j’avais ouvert de grands yeux emplis de désir et d’ambition sur cette école qui allait m’apprendre tant de choses. Mes premières frasques commencèrent en compagnie de Come, un italien lui-aussi, qui devint rapidement mon meilleur ami. Mon caractère ténébreux tranchait avec celui, pétillant de mon nouvel ami, mais nous formions un sacré duo et les plus originales des bêtises n’avaient aucun secret pour nous. Je me découvrais dans ce nouveau moi, sans peur, insolent et bravant n’importe quel obstacle. Mes notes étaient excellentes mais mon comportement assombrissait ma réussite. Je n’en avais que faire puisque je m’amusais.
En 3ème année, je découvris les premiers effets de mon “minois de chat” comme aimait le dire ma nourrice étant petit, sur les filles. Je connus mon premier amour cette année là mais m’en lassait rapidement. Une soif de plaisir et un désir de conquérir se mit à brûler en moi. Les années qui suivirent jusqu’à l’obtention de mon diplôme, ma renommée de jeune homme “gourmand” n’avait plus de limite. On mit ça sur le compte de mon sang italien. Que les clichés ont la vie dure, même chez les sorciers. Au fond, j’espérais juste combler cet amour maternel qui me manquait cruellement depuis des années. Et sans le trouver, je me vengeais sur ces jeunes filles naïves, rêveuses et trop dociles. Elles se donnaient à moi avec l’espoir d’un amour romantique, et quand elles prétextaient quelques principes pour sauver leur vertue, je n’avais aucune honte à m’introduire dans leur esprit pour les faire changer d’avis. Je ne ressentais aucune culpabilité, juste la satisfaction d’assouvir mes désirs et d’être important pour une femme.


MAPPLE TOWN/TJUKURPA, Septembre 2009 - Juin 2016  

Mon diplôme de Beaux-Bâtons en poche, je pris la route de l’Ile du Prince de Galles, en Australie, pour poursuivre mes études. Malgré mon comportement de cancre, j’avais excellé dans ma scolarité et avais trouvé une véritable passion pour les sortilèges. J’avais donc décidé de tenter ma chance à l’Université de Tjukurpa, dans l’optique d’obtenir un Doctorat qui me permettrait d’atteindre un niveau d’excellence et d’enseigner par la suite. Come ne m’avait pas suivi jusque là, se dirigeant vers un cursus de soins magiques. Il était resté en apprentissage en France, aux côtés d’Evangeline, une française pure souche qui s’était jointe à notre trio lors de notre 5ème année. Elle était devenue une amie précieuse pour nous deux, bien que son charme ingénue ne laissait aucun de nous deux, insensible. J’étais certain que Come en était amoureux et qu’il était resté en France pour cela. C’était la raison principale qui m’avait retenu de jouer une nouvelle fois au chat et à la souris afin d’allonger mon tableau de chasse. Nous gardions donc une amitié chère et je les revoyais le plus souvent possible pendant les vacances. Pourtant, l’été 2012 fut désastreux et marqua la fin d’une vie superficielle que je m’étais construite.

Nous avions décidé de profiter de la période estivale pour voyager en Espagne, tous les trois. Notre entente, l’ambiance festive et les paysages formaient un ensemble parfait. Trop parfait. Un soir de fête, un peu trop arrosé, je me retrouvais seul avec Eva, Come dormant déjà profondément. Je ne saurais dire si le trop plein d’alcool ou un désir partagé nous avaient poussé à faire cela, mais ce fut bien le corps nu de mon amie qui sommeillait paisiblement à mes côtés, que je découvris au matin. Je me souvenais indistinctement l’avoir poussé à boire autant que moi et avoir traversé son esprit pour y effacer les quelques réticences que les brumes d’alcool ne parvenaient pas à enrayer. Et j’avais gagné. Une fois de plus.

“Come ne doit pas le savoir. Jamais ! C’est avec lui que j’aurai du passer la nuit !”

La rancune d’Eva à mon égard m’avait refroidi, mais j’avais haussé les épaules et m’étais détourné d’elle comme n’importe quelle fille que j’avais eu. Notre amitié venait de se fissurer mais j’espérais que cette erreur de vacances n’entâcherait pas de longues années de complicité. Pour elle, tout n’était qu’une question d’alcool. J’avais pris soin de garder la legilimencie pour moi-même, depuis le début. Mais le cauchemar ne faisait que commencer. Quelques jours plus tard, Come m'annonça qu’il voulait demander Eva en mariage. Il savait ce qu’elle ressentait pour lui et il voulait profiter de ma présence et de ces vacances pour sauter le pas. La culpabilité, que je n’avais jamais ressenti jusqu’à présent, pointa pour la première fois le bout de son nez. Et j’assistais, impuissant à la destruction de tout ce que j’avais construit jusqu’à présent.

C’est deux mois plus tard, que le coup fatal me fut porté. De retour à Tjukurpa pour ma 4ème année d’étude, je reçus la visite d’Eva et Come, un soir. Elle, le visage fermé et ravagé par les larmes, le regard noir. Lui, le teint aussi livide qu’un cadavre, les yeux accrochés au sol, presque plus mort que vif. C’est elle qui lança de but en blanc.

“Je suis enceinte Ebano.”

J’haussais les sourcils, surpris. Pourquoi me le dire ? Et pourquoi ces têtes d’enterrement alors ?  

“Je suis enceinte de toi ! Cette nuit avec toi était une erreur du début à la fin !”

J’eus l’impression que le monde autour de moi s’écroulait à mesure que la voix criarde de la jeune femme me vrillait les tympans. Elle me hurla plus qu’elle m’expliqua, que Come avait décelé sa grossesse mais qu’il s’était rendu compte que cela ne correspondait pas avec leur “première fois”. Qu’il était horrifié et à l’agonie et que j’avais détruit, ruiné leur vie à tout les deux. Puis le silence se fit. J’avais fermé les yeux, fermé mon esprit hermétiquement à la tourmente extérieure. Quand je les rouvris, Eva me regardait de ses grands yeux noisettes, ahuris. Come lui aussi souriait et son visage avait repris les couleurs de la vie. Elle passa une main sur son ventre et me sourit chaleureusement.

“Voilà. Nous voulions t’annoncer que Come et moi allions avoir un enfant. Nous étions impatients de le dire, alors nous avons débarquer à l’improviste, excuse-nous !”

Et ils étaient repartis, n’ayant aucune idée de ce qui s’était produit dans leur esprit. Pour tout deux, tout cela n’avait jamais existé. Ils s’étaient aimés un soir de fête trop alcoolisé, en Espagne, deux mois auparavant. Il l’avait demandé en mariage quelques jours après. Et heureusement, car leur nuit d’amour avait déjà porté ses fruits. Moi, je n’avais jamais existé dans tout cela. Je n’avais pas pu les rejoindre durant leurs vacances, trop occupé par mes cours d’été. Et de nouveau seul dans mon studio d’étudiant, je me laissais tomber sur le sol et me mis à pleurer.


TJUKURPA, Juin 2016 - A maintenant

L’obtention de mon doctorat avait marqué la plus grande réussite de ma vie. J’avais atteint un niveau d’excellence dans l’art des sortilèges, si bien que le poste de professeur à Tjukurpa m’avait été proposé. Ma vie professionnelle prenait le tournant que j’avais tant désiré depuis des années et j’en étais plus que satisfait. C’était ce que j’avais de plus important, puisque tout le reste n’était plus rien. Come et Eva m’envoyaient régulièrement des nouvelles, j’avais assisté à leur mariage par politesse mais je restais le plus loin possible d’eux. L’incident de l’été 2012 avait ouvert une brèche incurable en moi. Mon désir de conquête s’était mué en un besoin malsain de plaire et de dominer. Mais j’usais maintenant de ma legilimencie régulièrement. Dès que j’obtenais ce que je voulais d’une femme, je m’effacais le matin même de sa mémoire. Je ne voulais plus m’attacher. Je ne voulais plus que l’on s’attache à moi. Je ne voulais plus qu’aucune femme compte dans ma vie. Je préférais rester dans mon rôle de professeur de sortilèges charmant et arrogant. Ce rôle m’allait à merveille et, jusqu’à preuve du contraire, c’était celui qui me protégeait le mieux.                
 
pseudo Harrods
age 25 ans
comment avez vous découvert le forum ? Toujours à cause de Dune, qui me pousse au DC maintenant xD
code du règlement Validé
un petit mot ? Et zeeeee partiiii
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Invité
Mer 18 Sep - 17:06
Gnyaaaaah ♥

Re bienvenue !
Je maintiens qu'il est très gris comme personnage et c'est pour ça qu'il me plait aussi ! ♥
Revenir en haut Aller en bas
Ebano DE LUCA
Ebano DE LUCA
Ebano DE LUCA
Personnel
Mer 18 Sep - 17:14
Messages : 9
Points : 59
feat : Rin Okumura - Ao no Exorcist
Age : 29
Métier / Options / Orientation : Professeur de sortilège

Carnet du sorcier
Ascendance: Sang-Mêlé
Patronus: Un renard argenté
Baguette Magique: Bois de charme, Poil de Demiguise, 32,3cm
Personnel
Fufufu merci ♥
Hâte de le voir évoluer niark
Revenir en haut Aller en bas
Hildegard ÅSTRÖM
Hildegard ÅSTRÖM
Hildegard ÅSTRÖM
Élève - Goanna
Mer 18 Sep - 17:31
Messages : 921
Points : 1799
feat : Erina Nakiri (Food Wars!)
Age : 18
Métier / Options / Orientation : Options : Soin aux créatures magiques et divination.

Carnet du sorcier
Ascendance: Sang-Pur
Patronus: Renne.
Baguette Magique: Bois de cèdre, cœur en écaille de salamandre, 27 centimètres, souple.
Élève - Goanna
Re-bienvenue Eden \o/ ! Ou devrais-je dire, Ebano !

J'aime ce feat ngngng. Et je prendrais bien le temps de me poser pour lire son histoire 👀 *prépare les tartines et le chocolat chaud*

En espérant que tu t'amuses avec lui héhé.

_________________
Rejoice O young man in thy youth Ft. Ebano DE LUCA 1551795959-erina-13
FLAMES FROM SWEDEN ❄️ !

(thanks Leith pour l'avatar Rejoice O young man in thy youth Ft. Ebano DE LUCA 1005256126)
Revenir en haut Aller en bas
Nova BURNUM
Nova BURNUM
Nova BURNUM
Personnel
Jeu 19 Sep - 16:12
Messages : 307
Points : 96
feat : Kikloh - DocWendigo
Age : 39
Métier / Options / Orientation : Directrice de Tjukurpa

Carnet du sorcier
Ascendance: Sang-Pur
Patronus: Mygale
Baguette Magique: Bois d'Acacia, Cheveux de Vélane, 28cm, Rigide
https://tjukurpa.forumactif.com
Personnel
Félicitations !☆
☆ Tu es validé !
Et tu es validé. Re-bienvenue.
J'ai apprécié ton histoire. Bien amené.

☆ La suite...
Rien de bien compliqué en soi. Les étapes habituelles un peu administrative avant de s'adonner uniquement au RP ♥

☆ Sur Tjukurpa, il n'y a pas dix endroits où tu dois aller recenser les avatars, les métiers, etc. Il n'y en a qu'un seul : le recensement global.
☆ Une fois que tu as recensé tout ce qu'il faut, tu peux préparer ton topic de vie scolaire ainsi que choisir tes avions en papier ou ton téléphone portable.
La partie administrative est terminée ! Tu peux maintenant demander un rp ! N'hésite pas à passer dans les sujets de vie scolaire des autres pour demander des liens ou voir ce qu'ils proposent ;)
☆ Tu peux utiliser le compte PNJ si tu as besoin pour l'avancée de tes personnages, voici les identifiants qui te permettrons d'y accéder.

☆ Pour finir, je t'invite à rejoindre le discord du forum ! Il remplace la chatbox à 100% et te permettra de dialoguer avec le staff mais également avec les autres membres.

Je crois qu'on a fait le tour alors... encore bienvenue parmi nous ! ♥
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers: