Anthony N. Colin - Fini

 :: Les vieux livres poussiéreux :: La population de Tjukurpa :: Les fiches validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Anthony N. COLIN
Anthony N. COLIN
Anthony N. COLIN
Monde - Sorcier
Lun 11 Nov - 18:03
Messages : 7
Points : 24
Métier / Options / Orientation : Fabricant de baguettes

Carnet du sorcier
Ascendance: Né-Moldu
Patronus: Renard roux
Baguette Magique: Pin, Epine de Monstre du Fleuve Blanc, 32,15cm, relativement flexible
Monde - Sorcier
Anthony Nicolas Colin
ft. Dino Cavallone - Reborn!

Carte d'identité
Nom de famille Colin.
Prénom(s) Anthony, Nicolas.
Surnom(s) Anthon, peut-être ? L’excité, ça marche bien aussi.
Ascendance Né-Moldu.
Âge 28 ans.
Date et lieu de naissance 14 juin 1991 à Clermont-Ferrand, France.
Sexualité Paumé.
Métier Fabricant de baguettes (encore apprenti).
Logement Un petit appartement dans le quartier de Carray Block juste au-dessus de la boutique, avec le strict nécessaire. Le seul point positif, c’est qu’il possède une terrasse en toiture accessible depuis sa chambre. Elle est remplie de plantes grasses en tous genres - des cactus, des aloès - et d’arbustes ou de bonsaïs. Dans sa chambre, il y a aussi un perchoir pour une petite chouette.
Caractère
Paumé.

S’il y a un mot qui le décrit particulièrement bien, c’est le mot paumé. Il semble paumé dans tout ce qu’il fait, tout ce qu’il dit, tout ce qu’il entreprend. Il est constamment absent, ailleurs. Il papillonne à droite et à gauche, facilement distrait par un bruit, un mouvement, une parole. Un flux de pensées bien trop inconstant, bien trop versatile, qui le fait s’intéresser à tout un tas de chose de manière éphémère. Une minute, quelques secondes et son attention est attirée ailleurs. Il parle beaucoup trop, saute d’un sujet à l’autre en permanence. Suivre sa logique semble compliqué, voire infaisable, si l’on n’est pas dans sa tête. En apparence, il peut semble bien sympathique, bien sûr de lui, trop extraverti.

Au fond, il est quelqu’un qui essaye toujours d’en faire plus, de toujours faire mieux, sans pour autant y parvenir. Il aura tendance à commencer de nombreuses activités pour ne jamais en finir ne serait-ce qu’une seule, ce qui provoque chez lui un sentiment de frustration constant. Constamment sur plusieurs fronts, constamment en mouvement. Alors il se disperse bien trop facilement, est incapable de se concentrer longtemps. Le seul moyen qu’il a trouvé pour se motiver et se concentrer est de mettre la barre trop haut pour lui. Il ne se satisfait jamais de ce qu’il fait, de ce qu’il produit. Toujours mieux, toujours plus. Et lorsqu’enfin, il trouve un sujet qui le passionne, il se focalise dessus, ne le lâche plus durant des jours ou des mois. Il peut en oublier de manger ou de dormir, alors il faut le lui rappeler. Puis sur un coup de tête dont lui seul connaît la raison, il pourra abandonner et tout plaquer en un claquement de doigt.

Bien qu’il se soit calmé depuis l’enfance, il reste parfaitement incapable de rester sans rien faire ou de se détendre. Il semble toujours avoir l’air stressé. Incapable de rester assis ou immobile, il aura tendance à tapoter des doigts sur la table ou à secouer la jambe pour satisfaire son besoin constant de mouvement. Des comportements agaçants, il peut en avoir conscience si on les lui fait remarquer. Mais il ne parviendra à se contrôler que deux ou trois minutes avant de recommencer. C’est comme ça, c’est inconscient. Il est en proie à un bouillonnement interne permanant, il a constamment l’impression d’avoir deux moteurs : un dans la tête, l’autre dans les jambes.

On dira de lui qu’il est soupe au lait. Bien trop impulsif et imprévisible, il aura la fâcheuse tendance à couper la parole de ses interlocuteurs, à prendre des décisions sur un coup de tête. Il est parfaitement incapable de gérer son argent ou de tenir un planning strict et de le respecter. Il est en retard à ses rendez-vous, perd ses clés et ses outils de travail, oublie le temps qui passe. Il est comme une casserole de lait sur le feu, il semble calme en extérieur mais laisse s’accumuler tout un tas de petites choses qui l’agacent jusqu’à l’explosion. Il peut avoir des crises de nerfs violentes, tant dans les paroles que dans les actes. Il explose brutalement et violemment et préfère aller s’isoler plutôt que de passer ses nerfs sur son entourage. Dans ces cas-là, il retourne son besoin d’extérioriser sa violence contre lui-même, en frappant des murs ou en brisant ses objets personnels. S’en suivra une période de déprime et de remords qui pourra durer plusieurs jours. Plusieurs jours durant lesquels il aura tendance à s’isoler et à rechercher la solitude.

Mais ses nombreuses pensées versatiles lui confèrent une curiosité hors-norme et un goût pour la nouveauté. Très créatif, son esprit foisonne sans cesse de nouvelles idées qu’il ne parvient pourtant pas à cultiver en temps normal. Son impulsion le fait également agir de manière intuitive. Etant parfaitement incapable de s’organiser dans un emploi du temps strict, il préfèrera suivre son instinct sans pour autant réfléchir et tergiverser trop longtemps. Il s’émerveille de tout et de rien, il a gardé au fond de lui une âme d’enfant. Il parvient à se concentrer sur ce qui l’émerveille, sur ce qui le passionne : c’est pour cette raison qu’il s’est finalement vers ce métier. Il reste une personne très empathique, tolérante, altruiste. Il comprend aisément ceux qui ne rentrent pas dans les petites cases imposées par la société, faisant lui-même partie de ce genre de personnes.

Fun-Facts inutiles
- Se fait régulièrement violenter par des Botrucs. C’est pour cette raison qu’il a souvent des pansements sur les doigts, les mains et les poignets.
- Est myope astigmate, voit globalement flou sans ses lunettes. Il a d’ailleurs été très déçu en apprenant que non, la magie ne pouvait pas régler ses problèmes de vue.
- Est gaucher. Ecrit relativement bien, disons qu’il n’est pas illisible.
- A des parents moldus non seulement très présents dans sa vie, mais qui ne comprennent pas trop le monde de la magie. Ils ont notamment insisté pour qu’Anthony passe son permis et achète une voiture.
- Possède un téléphone portable. Il ne s’en sert que pour appeler ses parents ou son frère.
- A la fâcheuse tendance à tester la puissance de ses enceintes en travaillant. Il s’agit principalement de rock alternatif des années 90, avec une nette préférence pour Nirvana.
- Chante fort et faux. Il ne sait pas plus siffler que chanter, par ailleurs.
- Possède un certain talent pour faire des mousses au chocolat.
- Ne tient pas l’alcool ou presque. Fume de temps à autres.
- Parle couramment anglais mais garde un fort accent français.
- Brise régulièrement des verres et des ampoules lorsqu’il s’énerve. C’est inconscient et ça commence généralement par des lumières qui clignotent.
- Est diagnostiqué d’un trouble du déficit de l’attention avec hyperactivité depuis l'enfance. TDAH pour les intimes.
Monde magique
petites questions sur vos caractéristiques

Baguette Magique
Bois Bois de pin.
Cœur Épine de Monstre du Fleuve Blanc.
Longueur 32,15 cm.
Caractéristiques Relativement flexible.
Une baguette relativement souple et fine, sculptée dans un bois clair. Il s’agit d’une baguette d’apparence très sobre dont seul le manche est taillé pour améliorer la prise en main. Apprécie la nouveauté et l’inventivité, produit des sortilèges élégants, parfaite pour des sorciers indépendants et curieux, sensible aux sortilèges informulés. Anthony en prend grand soin.

Anthony N. Colin - Fini Baguet10
Animal de compagnie
Nom de l'animal Piou. On ne juge pas.
Race Nyctale de Tengmalm.
Description physique Une petite chouette qui mesure 25cm de haut pour un peu plus de 50cm d’envergure. D’une couleur majoritairement brun-gris, elle possède des ailes tachetées de blancs et des stries sur le torse. Elle a une expression faciale un peu méchante mais elle est en vérité très gentille.
Description morale C’est une petite chouette tout ce qu’il y a de plus gentil et adorable, malgré ses quelques dérives comportementales. Elle pince beaucoup les doigts pour “prouver son amour“, selon les dires d’Anthony. Sinon, elle est relativement calme le jour et passe son temps dehors dès que la nuit tombe. Il lui arrive de temps à autres de ramener des souris à moitié dévorées à la maison.

Anthony N. Colin - Fini Piou10
Questions en plus
Miroir du Riséd Lui, en compagnie de son frère, bras dessus bras dessous.
Amortentia Sciure de bois, fraicheur du matin et tarte à la patate douce.
Patronus Un renard roux. Il prend cette forme quand il arrive à en invoquer un corporel, c’est-à-dire quand il s’amuse seul dans sa chambre.
Epouvantard Lui-même qui tient sa baguette brisée dans sa main > Peur de se réveiller un beau matin et de découvrir qu’il n’est plus sorcier.
Riddikulus Un pantin articulé en bois.
Don / Créature / Capacité Sortilèges informulés.
Biographie
racontez-nous votre histoire
Histoire
Hier, une seconde petite tête blonde est née.
Anthony a près de quatre ans. Il réhausse déjà sur son nez des lunettes à la monture épaisse, l’un de ses yeux masqué derrière un cache-œil dans l’unique but de faire travailler l’autre œil. Curieux, il se redresse sur la pointe des pieds afin d’apercevoir son petit frère par-dessus les barreaux du lit où il dort alors. Le nouveau-né est tout aussi blond que lui. Mais ce n’est finalement pas si étonnant lorsque l’on voit leurs parents, également blonds. D’un geste, son père l’en éloigne et le fait s’asseoir sur l’une des chaises de la chambre de la maternité. Immédiatement, Anthony commence à balancer ses jambes dans le vide, d’avant en arrière, non sans se tortiller sur l’assise. Du haut de son petit mètre, il tente de se redresser pour continuer d’observer l’intérieur du berceau.
- Maman et Jules ont besoin de se reposer, lui dit son père.
Mais qu’importe. Il quitte sa chaise pour retourner au berceau de son petit-frère. Déjà à cette période, l’enfant ne tient pas en place. Il bouge, court, saute, se tortille dès qu’il doit rester immobile. C’est un enfant bavard, qui parle beaucoup trop. Il lui ait déjà arrivé de piquer de grosses crises de colère, lorsque l’impatience le gagne. Mais aujourd’hui, il reste calme, même si son père l’éloigne à nouveau du berceau pour le faire s’asseoir plus loin. Ses parents sont patients, bien qu'ils ne posent pas vraiment de question pour le moment.

Le temps avance lentement.
Il développe une forte relation de complicité avec son petit-frère. Il est celui qui lui montre comment faire les quatre-cents coups, comment soudoyer Papa et Maman. Ensemble, on les considère comme invivables, souvent on essaye de les séparer afin de mieux pouvoir les tenir. Et puis l’école va bientôt commencer pour Anthony, peut-être que sa mauvaise influence sur son frère diminuera ? Rapidement, Anthony se découvre une aversion pour l’école. Il n’arrive pas suivre, à rester concentrer, à rester immobile. L’école, c’est compliqué pour lui. Il ne se fait aux règles sociales en vigueur, est considéré comme le gamin à problème et celui qui n’arrive à rien. Mal-aimé par les enseignants qui n’arrivent pas à le gérer, boudé par les enfants qui ne veulent pas avoir à faire à lui. Il est souvent seul et chahuté, il n’est pas rare qu’il s’invente des maladies pour ne pas avoir à y aller. A cette époque, il a déjà une imagination florissante.
Mais c’est finalement à ses sept ans que les choses changent. Son institutrice pointe du doigt le problème après une crise de colère violente qui, dit-on, l’aura poussé à briser une vitre. Pourtant, plusieurs de ses camarades assurent qu’il se trouvait à plusieurs mètres de la vitre, que celle-ci aurait explosé toute seule. Mais qu’importe. Elle conseille le suivi par un pédopsychiatre, le diagnostic est posé en quelques mois.
- TDAH.
Si ce diagnostic permet de répondre à quelques questions, il ne résout pas tout. Il ne dit pas pourquoi les verres et les ampoules ont tendance à exploser lorsqu’il s’énerve. Il ne dit pas comment il est capable d’attraper des objets mis en hauteur pour qu’il ne puisse pas les atteindre sans aide extérieure. Il ne dit pas pourquoi le volume de la musique augmente soudainement en sa présence. En revanche, il dit pourquoi Anthony semble toujours sur les nerfs, il dit pourquoi il pique régulièrement des crises de colère, il dit pourquoi il a tant de mal à l’école. Finalement, ce diagnostic répond à plein de choses.

Malgré tout, Anthony reste un enfant que l’on considère comme étrange.
C’est ce que disent ses camarades de lui, ils le trouvent bizarre en plus de son hyperactivité. Alors ils l’isolent encore plus, il sera finalement un enfant très solitaire durant ses années d’école primaire. Heureusement, son frère rentre lui aussi à l’école et les quatre-cents coups recommencent. Ils ne comptent plus le nombre de fois qu’ils auront été punis ensemble. Mais ce temps-là se stoppe soudainement la veille de ses onze ans.
Aujourd’hui, un homme est venu à la maison pour expliquer qu’Anthony était inscrit dans une école spéciale depuis sa naissance. Un tas d’informations leur tombe soudainement dessus, à lui et ses parents. Et alors qu’il tente du mieux qu’il peut de rester immobile pour écouter ce que cet homme a à lui dire, il apprend qu’il est sorcier et qu’il pourra faire sa prochaine rentrée de septembre à l’Académie de magie de Beauxbâtons dans les Pyrénées. S’il le souhaite. Alors qu’il bombarde de questions son interlocuteur sans lui laisser réellement le temps de répondre, alors que ses parents tentent tant bien que mal de digérer l’information, il finit par poser la question qui fâche.
- Jules pourra venir ?
- Non, répond l’homme. Non, il ne pourra pas.
Le silence retombe brusquement. Et il voit son petit-frère qui, du haut de ses sept ans, le fixe avec un regard noir et les lèvres tremblantes. Puis il retourne dans sa chambre sans un mot. Finalement, après beaucoup d’insistance, sans comprendre la réaction de son frère cadet, Anthony réussira à convaincre ses parents de le laisser aller dans cette école si particulière. Son frère s’enferme dans le silence durant des semaines, ne parle plus, ne dit rien, devient invisible. A côté, Anthony semble soudainement reprendre confiance en lui, cause beaucoup trop, est impatient et le fait savoir.
C’est en famille qu’ils iront chercher ses affaires et notamment sa baguette. Immédiatement, le jeune garçon est fasciné par cet objet, veut savoir comment c’est fait, comment ça marche. Mais on ne révèle pas ce genre de secrets comme ça. Finalement, ce sera des questions qu’il ne cessera de se poser.

Son entrée à Beauxbâtons est des plus discrètes.
Alors qu’il essaye de luter contre son hyperactivité dans l’espoir de se faire des camarades de classe, le voilà plonger dans un univers qui lui était jusque là inconnu. Nouvelle école, nouveaux camarades. Ici, il n’est plus considéré comme l’enfant bizarre, l’enfant étrange, celui que l’on ne veut pas approcher. Il reste malgré tout un cas à part, encore enclin à des crises de colère violentes, à un manque de concentration constant, soumis à son envie de mouvement perpétuel. Les années passent et il se calme légèrement mais pas assez pour que l’on puisse dire que la maladie passe lentement. Il se révèle étonnamment doué en sortilège, tout comme il se révèle être une catastrophe ambulante en cours de potions.
Il rentre chez-lui durant les vacances scolaires, raconte ce qu’il fait à l’école, envoie régulièrement des lettres à ses parents et son frère. Alors que son père et sa mère semblent enthousiastes pour lui et ce qu’il vit, son frère se détache peu à peu de lui, sans qu’Anthony ne s’en rende compte. Des années durant. Du côté de son frère, tout semble bien moins incroyable. Il rentre dans un collège banal, celui où Anthony était censé allé avant que Beauxbâtons ne l’accueille. Ses cours semblent l’ennuyer, il s’enferme toujours plus dans le silence lorsque son grand-frère est présent à la maison. Anthony tente encore de jouer avec lui lorsqu’il le peut mais Jules refusera sans cesse. Il finira par abandonner cette idée après quelques mois d’insistance, sans comprendre.

- Sang-de-Bourbe.
La première fois qu’il entend cette insulte, il n’a que treize ans. Elle lui était adressée et elle tournera en boucle dans son esprit des semaines durant. Sans qu’il n’en comprenne le sens, sans qu’il n’en comprenne l’impact. Et sans savoir à qui en parler. Ses parents ne comprennent pas vraiment ce monde qui est maintenant le sien et il n’est pas autorisé à leur montrer ce qu’il apprend à l’école. Il tente vainement de leur décrire mais il n’a jamais été très doué avec les mots. Alors il ne leur parle pas de cette phrase, de cette insulte qu’il ne comprend pas.
Finalement, après y avoir songé encore et encore des mois durant, il ira demander à l’un de ses professeurs. Puis il comprend. Il comprend soudainement qu’il restera bloqué en deux mondes. Celui des Moldus, de ses parents, duquel il ne fait plus vraiment partie depuis ses onze ans, duquel il n’a jamais fait réellement partie. Et celui des sorciers, où il essaye de s’intégrer. Mais il comprend alors que malgré tout ses efforts, certains ne l’accepteront jamais. Parce que sa mère est une Moldue. Parce que son père est un Moldu. Parce que son frère est un Moldu.
Ce constat le met en rage, brise soudainement l’image du monde parfait qu’il se faisait jusqu’alors. Il ira s’isoler dans son dortoir, en proie à une colère folle. De rage, il enverra son poing fermé dans le mur, se brisera deux doigts à l’occasion. Puis il restera deux jours amorphe, sans rien faire, avec sa main gonflée cachée sous un bandage, avant de se décider à aller voir l’infirmière pour qu’elle lui répare sa fracture. C’est à ce moment qu’il craquera complètement. L’histoire d’un gamin qui n’a jamais été à sa place et qui ne la trouvera jamais nulle part. L’histoire d’un gamin assez semblable aux autres pour que l’on puisse l’intégrer mais toujours trop différent pour que l’on puisse réellement l’accepter.

Dix-sept ans, il sort diplômé de l’école, et majeur de surcroit. Après quelques mois passé chez ses parents, il finit par se trouver un petit emploi de bureau au ministère. Emploi qu’il quitte sur un coup de tête, six mois plus tard, avec l’impression désagréable d’être bloqué dans sa vie. Il trouve ensuite un second emploi en boutique d'artefacts magiques, qu’il ne parvient à garder qu’un an et demi. Viré à cause de ses nombreuses altercations avec les clients, de son côté bien trop impulsif, et possiblement d’une tentative d’agression. Son patron le couvrira mais finira tout de même par le remercier, préférant évidemment travailler seul plutôt qu’avec un employé instable et intenable.
Dix-neuf ans, le voilà à nouveau de retour chez-lui, sans emploi. Alors que son frère s’en sort avec excellence dans son lycée moldu, les parents d’Anthony poussent ce dernier à trouver un emploi dans ce qu’ils appellent maladroitement “le monde normal“. Sautant sans cesse d’un travail à l’autre, il sera tour à tour caissier, vendeur, employé d’un célèbre fast-food. Il sera à chaque fois remercié, ou il quittera son travail de son plein gré, sur un coup de tête, avec un arrière-goût amer dans le fond de la bouche.
Vingt-et-un ans, il essaye de retourner dans le monde des sorciers, avec bien du mal. Du côté de son frère, tout semble lui réussir, comme ça avait toujours été le cas jusque-là. Ce dernier commence ses études avec une facilité déconcertante, attire toute l’attention désormais, nargue son frère ainé. Peu à peu, Anthony sent pointer en lui un vague sentiment de jalousie face à celui qui semble être son parfait opposé. Leurs relations déjà froides se dégradent encore plus, s’enveniment. Les disputes sont courantes et bruyantes entre les deux frères.
Vingt-trois ans, il trouve enfin ce qui lui faut. Il retourne dans le quartier sorcier de Paris, retrouve la boutique de baguettes où il avait acheté la sienne bien des années plus tôt. Il parvient à s’y faire embaucher comme apprenti, quitte le domicile familial pour partir vivre à la capitale. S’il garde régulièrement contact avec ses parents comme il l’avait jusqu’alors toujours fait, il coupe les ponts avec son frère, ne lui parle plus au téléphone, ne lui envoie plus de lettre. Aucun d’eux ne fait d’effort, il arrive à Anthony d’entendre parfois Jules en arrière-plan lorsqu’il téléphone à ses parents. Et lorsque son petit frère apprend qu’il est à l’autre bout du fil, Anthony n’entend qu’un vague “Tsk“ de dédain.
Vingt-six ans, voilà trois années qu’il travaille dans cette boutique de baguettes à Paris. Son statut n’a pas bougé, mais Anthony a comme souvent besoin de changement. Mais cette fois, il ne veut plus quitter son emploi sur un coup de tête comme il le faisait alors. Son formateur le recommande donc à l’un de ses confrères à l’étrange. Le surlendemain, le voilà parti pour Mapple Town, en Australie, à l’autre bout du monde. Il aura prévenu ses parents, ces derniers s’inquiétant du temps de vol en avion sans qu’il n’en comprenne la raison. Quant à son frère, il apprendra son départ par l’intermédiaire de sa mère.

Vingt-sept ans, il regarde son téléphone portable avec des yeux vides. Voilà plusieurs mois qu’il essaye de reprendre contact avec son frère, plusieurs mois qu’il lui laisse message sur message. A nouveau, il vient de tomber sur la messagerie. Jamais Jules n’a daigné répondre ou essayer de le rappeler. Cette fois, il vient de s’excuser pour le message assassin qu’il lui avait laissé la dernière fois, épuisé par l’absence de réaction de son petit frère. Il avait fini par regretter alors il l’a rappelé pour lui laisser ce nouveau message d’excuse. Et c’est un cycle qui recommence sans cesse et auquel Jules ne répond pas. Alors il fixe d’un œil vide son téléphone portable, puis s’affale en arrière sur son lit quelques minutes. Avant de se lever brusquement pour sortir de chez-lui descendre les escaliers et arriver dans l’arrière-boutique. Nouvelle journée qui commence.
Pseudo Line
Âge Majeur
Comment avez-vous découvert le forum ? Partenariat
Code du règlement [validé]
Un petit mot ?
Revenir en haut Aller en bas
Snow U. HOGO
Snow U. HOGO
Snow U. HOGO
Monde - Moldu
Mer 13 Nov - 12:32
Messages : 212
Points : 491
feat : yuu kanda - d.gray-man
Age : 35
Métier / Options / Orientation : Vendeuse de balais volant dans la boutique "Au vol du faucon"

Carnet du sorcier
Ascendance: Moldu
Patronus:
Baguette Magique:
Monde - Moldu
Dinooooo ♥ J'aime beaucoup ton début de fiche, j'ai hâte de voir la suite ♥
Revenir en haut Aller en bas
Nova BURNUM
Nova BURNUM
Nova BURNUM
Personnel
Lun 18 Nov - 18:03
Messages : 307
Points : 96
feat : Kikloh - DocWendigo
Age : 39
Métier / Options / Orientation : Directrice de Tjukurpa

Carnet du sorcier
Ascendance: Sang-Pur
Patronus: Mygale
Baguette Magique: Bois d'Acacia, Cheveux de Vélane, 28cm, Rigide
https://tjukurpa.forumactif.com
Personnel
Félicitations !☆
☆ Tu es validé !
Bienvenue parmi nous.
C'est un personnage intéressant. J'aime bien.
En espérant que tu te plairas sur le forum.

☆ La suite...
Rien de bien compliqué en soi. Les étapes habituelles un peu administrative avant de s'adonner uniquement au RP ♥

☆ Sur Tjukurpa, il n'y a pas dix endroits où tu dois aller recenser les avatars, les métiers, etc. Il n'y en a qu'un seul : le recensement global.
☆ Une fois que tu as recensé tout ce qu'il faut, tu peux préparer ton topic de vie scolaire ainsi que choisir tes avions en papier ou ton téléphone portable.
La partie administrative est terminée ! Tu peux maintenant demander un rp ! N'hésite pas à passer dans les sujets de vie scolaire des autres pour demander des liens ou voir ce qu'ils proposent ;)
☆ Tu peux utiliser le compte PNJ si tu as besoin pour l'avancée de tes personnages, voici les identifiants qui te permettrons d'y accéder.

☆ Pour finir, je t'invite à rejoindre le discord du forum ! Il remplace la chatbox à 100% et te permettra de dialoguer avec le staff mais également avec les autres membres.

Je crois qu'on a fait le tour alors... encore bienvenue parmi nous ! ♥
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers: